Les Etats-Unis, très impliqués dans les opérations aériennes, ont annoncé mardi une diminution de leur participation

En déplacement au Salvador, le président américain Barack Obama a annoncé mardi soir qu'il y avait déjà une "réduction significative" des vols d'avions américains au dessus de la Libye.Il a précisé que son pays s'effacerait rapidement au profit d'un commandement international, dont la structure sera, selon lui, clarifiée dans les prochains jours.

Barack Obama le 22 mars 2011 au Salvador, lors d\'une conférence de presse à à San Salvador
Barack Obama le 22 mars 2011 au Salvador, lors d'une conférence de presse à à San Salvador (AFP / Saul Loeb)
En déplacement au Salvador, le président américain Barack Obama a annoncé mardi soir qu'il y avait déjà une "réduction significative" des vols d'avions américains au dessus de la Libye.

Il a précisé que son pays s'effacerait rapidement au profit d'un commandement international, dont la structure sera, selon lui, clarifiée dans les prochains jours.

Selon le président américain, les Etats-Unis devraient "sous peu" être en mesure de pouvoir déclarer que l'objectif de la zone d'exclusion aérienne a été atteint, permettant ainsi à l'armée américaine de se mettre en retrait.

Lors de sa visite à San Salvador, dans le cadre d'une tournée en Amérique latine, Barack Obama a justifié par ailleurs la participation américaine à l'intervention en Libye. "Là où un dictateur brutal menace son peuple et dit qu'il n'aura aucune pitié (...) et avec la capacité de faire quelque chose dans le cadre d'une autorisation internationale (en allusion à la résolution de l'Onu), je pense que c'est dans l'intérêt national des Etats-Unis de faire quelque chose", a-t-il justifié.

Raids de la coalition depuis le samedi 19 mars: un bilan
Les avions de la coalition internationale impliqués dans les opérations au-dessus de la Libye ont effectué un total de 336 sorties et conduit 108 frappes aériennes depuis le début de l'offensive, a annoncé mardi le Pentagone.

Avec 212 sorties, les Etats-Unis représentent près des deux-tiers de la totalité de l'engagement aérien, selon des données arrêtées à 19H00 GMT mardi. Les Etats-Unis ont notamment déployé des chasseurs-bombardiers F-15 et F-16, Harriers, des avions de guerre destinés à brouiller communications des forces pro-Kadhafi ou encore des avions ravitailleurs.

Les autres pays de la coalition impliqués dans les opérations aériennes à ce stade (France, Grande-Bretagne, Italie, Canada, Espagne, Belgique, Danemark) ont pour leur part effectué 124 sorties.

Quant à la France, avec 55 sorties effectuées entre samedi 19 mars et lundi 21 et sept nouvelles mardi 22, selon l'état-major des armées, elle totalise ainsi 18% du nombre total de sorties.

Par ailleurs, les deux destroyers et trois sous-marins américains ainsi qu'un sous-marin britannique ont tiré 162 missiles de croisière Tomahawks entre samedi soir et mardi soir, dont 112 samedi.

La baisse du nombre de frappes de Tomahawks semble indiquer que la menace posée par les sites de défense anti-aérienne et les centres de commandement libyens, contre lesquels ces missiles sont essentiellement employés, a été réduite de façon très significative.

Voir aussi:
>>