Cet article date de plus de dix ans.

Paris et Washington veulent des "corridors humanitaires" en Syrie

Le ministre des Affaires étrangères français Alain Juppé et la secrétaire d'Etat Hillary Clinton ont convenu que leurs deux pays allaient travailler ensemble sur cette idée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Alain Juppé (à gauche), Bassma Kodmani (au centre) et Burhan Ghalioun (à droite), membres du Conseil national syrien, lors de leur rencontre le 10 octobre 2011 au théâtre de l'Odéon à Paris.  (MEHDI FEDOUACH / AFP)

Alors que la situation devient chaque jour plus critique en Syrie, la France et les Etats-Unis se préparent à travailler ensemble sur la possible mise en place de "corridors humanitaires" dans le pays. C'est ce qu'Alain Juppé et Hillary Clinton ont convenu, mercredi 23 novembre, au cours d'un entretien téléphonique, sans donner de détail sur la manière dont le dispositif pourrait être appliqué. 

Le ministre français des Affaires étrangères avait évoqué, un peu plus tôt dans la journée, cette idée. "Je demanderai à la prochaine réunion du conseil des ministres européens de le mettre à l'ordre du jour", a indiqué le ministre, à l'issue d'une rencontre à Paris avec le dirigeant du Conseil national syrien (CNS), Burhan Ghalioun.

Alain Juppé a de nouveau durci sa position à l'égard de Bachr Al-Assad, en faisant un nouveau pas vers le CNS, cet organe regroupant la majorité des mouvements d'opposition en Syrie. Le ministre l'a qualifié d'"interlocuteur légitime" et promis que la reconnaissance formelle viendrait plus tard. 

Eviter "la guerre civile"

De son côté, Burhan Ghalioun a appelé à une "meilleure coordination internationale face à un régime qui va vers la fuite en avant", afin d'éviter "à la Syrie la guerre civile et l'intervention militaire".

La situation ne cesse d'inquiéter, à la veille d'une nouvelle réunion de la Ligue arabe qui devrait prendre des sanctions économiques contre la Syrie. Mercredi, les forces de sécurité ont continué à réprimer les mouvements de contestation, comme le montrent ces images tournées à Homs, haut-lieu de la contestation contre le régime de Bachar Al-Assad.

Francetv info

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.