Cet article date de plus de huit ans.

Violences en Egypte : au moins 74 tués au stade de Port-Saïd

Des violences entre supporteurs ont fait au moins 74 morts après un match de football opposant deux équipes égyptiennes, dans cette ville du nord de l'Egypte. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le stade de football de Port-Saïd (Egypte), le 1er février 2012. (AFP)

Des violences meurtrières dans le stade de Port-Saïd dans le nord-est du pays ont causé la mort d'au moins 74 personnes mercredi 1er février.  Des centaines de personnes ont été blessées dans ces affrontements qui ont éclaté après un match de football. Le bilan des heurts a fait de ce match l'un des plus meurtriers de l'histoire du football.

Le ministère de l'Intérieur a annoncé que 47 personnes avaient été arrêtées, et l'armée a été déployée dans la ville. Le chef de l'armée, au pouvoir en Egypte, le maréchal Hussein Tantaoui, a ordonné une enquête, selon la télévision nationale égyptienne.

Francetv info

Comment ces violences ont-elles éclaté ?

La rencontre opposait Al-Ahly, club phare du championnat égyptien, à Al-Masry, l'équipe locale. Les affrontements entre supporteurs des deux équipes ont commencé lorsque l'arbitre a sifflé la fin du match. Cette rencontre s'est soldée par la défaite d'Al Ahly (3-1), au 17jour du championnat national. Les images de la télévision nationale égyptienne montrent des supporteurs pourchassant les joueurs du club vaincu sur la pelouse.

Des supposés fans d'Al-Masry ont lancé des pierres, des bouteilles et des fusées éclairantes contre ceux d'Al-Ahly, déclenchant les violences, selon des témoins. Des supporteurs se sont affrontés à coups de poings. Plusieurs sont morts ou ont été blessés à l'arme blanche.

Les deux équipes s'opposent régulièrement, et des affrontements ont souvent éclaté ces dernières années, selon la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera.

Les partisans de l'ancien président égyptien accusés

Les Frères musulmans ont accusé les partisans du chef de l'Etat déchu Hosni Moubarak d'être responsables des violences. "Les événements de Port-Saïd ont été planifiés et sont un message des partisans de l'ancien régime", a affirmé un député du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), la formation politique issue des Frères musulmans. L'élu a ajouté que l'Assemblée du peuple, dominée par sa formation, allait demander au ministre de l'Intérieur et aux responsables de la sécurité d'"assumer pleinement leurs responsabilités".

Le Premier ministre Kamal al-Ganzouri "va diriger une réunion d'urgence jeudi pour discuter les événements de Port-Saïd", a indiqué la télévision nationale égyptienne. Le président de l'Assemblée du peuple, l'islamiste Saad Al-Katatni, a annoncé pour sa part la convocation d'une réunion extraordinaire de la Chambre. 

Un incendie dans un stade du Caire

Par ailleurs, un incendie s'est déclaré dans un stade de football du Caire, la capitale égyptienne, lors d'une rencontre opposant les équipes de Zamalek et d'Ismaili. Le match a dû être annulé, selon l'AFP. Le feu a été maîtrisé peu après, d'après un responsable de la sécurité du stade.

Le ministère de l'Intérieur a annoncé que 47 personnes avaient été arrêtées. Le chef de l'armée, au pouvoir en Egypte, le maréchal Hussein Tantaoui, a ordonné une enquête, selon la télévision nationale égyptienne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.