Accord Fatah-Hamas pour un gouvernement d'union à Gaza

Cet accord est crucial avant la conférence des donateurs, qui doivent contribuer à la reconstruction de bande de Gaza, dévastée en juillet-août par des bombardements israéliens qui ont fait plus de 2 000 victimes.

Rencontres de dirigeants de l\'OLP et du Hamas au Caire (Egypte), le 24 septembre 2014.
Rencontres de dirigeants de l'OLP et du Hamas au Caire (Egypte), le 24 septembre 2014. (KHALED DESOUKI / AFP)

Le Fatah et le mouvement islamiste Hamas se sont mis d'accord pour permettre au fragile gouvernement d'union d'exercer son autorité dans la bande de Gaza. Des responsables des deux camps ont fait cette annonce jeudi 25 septembre au Caire (Egypte).

Une union cruciale avant la conférence des donateurs, qui doivent contribuer à la reconstruction de bande de Gaza, dévastée en juillet-août par des bombardements israéliens qui ont fait plus de 2 000 victimes.

Des années de divisions Hamas-OLP

Après des années de divisions, le Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007 et l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP) avaient signé en avril un accord de réconciliation. Celui-ci avait donné naissance à ce gouvernement d'union composé de personnalités indépendantes.

Mais à la suite de l'offensive israélienne dans la bande de Gaza en juillet et août, Mahmoud Abbas avait menacé de mettre fin à son partenariat avec le Hamas, l'accusant d'empêcher le gouvernement d'union d'exercer son autorité à Gaza.

Un accord crucial avant la conférence des donateurs

L'accord de jeudi est crucial à l'approche d'une conférence des donateurs le 12 octobre au Caire. De nombreuses capitales conditionnent leur aide pour la reconstruction de Gaza à l'exercice de l'autorité du gouvernement d'union dans l'enclave, le Hamas ayant été classé comme groupe "terroriste" par les Etats-Unis et l'Union européenne.

L'annonce intervient après que Palestiniens et Israéliens se sont mis d'accord mardi dans la capitale égyptienne pour reprendre fin octobre leurs négociations indirectes pour une trêve durable dans la bande de Gaza, un mois après un cessez-le-feu ayant mis un terme à 50 jours de conflit meurtrier.