Mer du Nord : la guerre de la pêche électrique

Mardi 16 janvier, le Parlement européen doit décider de l'éventuel élargissement de la pêche électrique, actuellement pratiquée par les Pays-Bas en mer du Nord.

France 2

Ces pécheurs dunkerquois rentrent tout juste d'une sortie en mer de 12 heures. Dans leurs caisses, du bar, mais quasiment aucune sole. Ce poisson noble et cher se fait de plus en plus rare depuis trois ans. La raison selon eux ? La pêche électrique. Certains gros chalutiers étrangers ont équipé d'immenses filets d'électrodes. Ils envoient une impulsion qui paralyse les poissons plats comme les soles, et la font sortir des fonds sableux. Les filets n'ont alors plus qu'à les ramasser. Cette technique est particulièrement efficace. Trop selon les pécheurs français, qui eux ne l'utilisent pas. La ressource diminue, le chiffre d'affaires aussi.

Moins de carburant consommé

Cette technique est autorisée depuis 2006 à titre expérimental dans tous les pays de l'Union européenne, mais seuls les pécheurs néerlandais la pratiquent. Et là-bas, la sole est abondante. Dans le port de Den Helder, des tonnes sont pêchées chaque semaine. La méthode a un avantage principal selon les Néerlandais : elle fait consommer moins de carburant aux bateaux, car le moteur tourne à plus faible régime. Mardi 16 janvier, le Parlement européen doit décider d'un éventuel élargissement de la pêche électrique. Sans attendre la position de l'Europe, plusieurs groupes de la grande distribution et certaines poissonneries ont déjà choisi de retirer de leurs étals les poissons pêchés par impulsion électrique.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'interdiction de la pêche à plus de 800 mètres de profondeur dans les eaux de l\'Union européenne entre en vigueur le 12 janvier 2017.
L'interdiction de la pêche à plus de 800 mètres de profondeur dans les eaux de l'Union européenne entre en vigueur le 12 janvier 2017. (MAXPPP)