Cet article date de plus de sept ans.

Pakistan : des diplomates occidentaux tués dans l'attaque de leur hélicoptère

Les talibans pakistanais affirment avoir abattu vendredi un hélicoptère dans le nord-est du pays. Selon la presse locale, l'appareil transportait 11 étrangers, dont des diplomates et des journalistes, et six Pakistanais. Au moins sept personnes sont décédées dans le crash, dont l'ambassadeur de Norvège et celui des Philippines.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Une délégation d'ambassadeurs, de diplomates et de journalistes visitait la région touristique de Gilgit-Baltistan lorsqu'un des trois hélicoptères dans lesquels ils avaient pris place s'est écrasé à l'atterrissage. Photo d'illustration © Maxppp)

Un hélicoptère de l'armée pakistanaise, un MI-17, transportant plusieurs diplomates étrangers à l'inauguration d'un projet dans le nord du pays s'est écrasé vendredi contre une école à l'atterrissage. Au moins sept passagers ont trouvé la mort dans l'accident. Parmi eux, les ambassadeurs de Norvège et des Philippines et les épouses des ambassadeurs malaisien et indonésien, a annoncé l'armée. Les deux pilotes de l'hélicoptère accidenté sont également décédés, a déclaré un porte-parole de l'armée sur Twitter, ajoutant que les ambassadeurs de Pologne et des Pays-Bas figuraient parmi les blessés.

 

Les talibans pakistanais ont revendiqué cette "attaque". Selon Fréderic Encel, maître de conférences à Sciences Po, directeur de séminaire à l'Institut français de géopolitique, et intervenant à l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN), la piste talibane est très crédible. "Les talibans sont présents dans les fameuses zones tribales et par conséquent techniquement c’est possible, et moralement aussi parce que les talibans ont toujours détesté toute présence occidentale en Afghanistan et au Pakistan ", explique-t-il sur France info.

Le Premier ministre était-il visé ?

Le Premier ministre pakistanais, Nawaz Sharif, était lui-même en route à bord d'un autre appareil vers la région montagneuse de Gilgit lorsque l'accident s'est produit. Il est retourné à Islamabad, ont précisé ses services. Il se pourrait qu’il ait été l’une des cibles de cette "attaque".  "Il est très difficile de savoir aujourd’hui qu’elle est la part du dépit qui est la leur. S’ils le visaient et qu’ils ne l’ont pas eu, il s’agit de montrer qu’ils ont la volonté de frapper très haut et très fort. Mais est-ce qu’ils ne cherchaient pas tout simplement à frapper des ambassadeurs d’Etats ennemis ", s’interroge Fréderic Encel.

 

"Ce qu’on sait déjà de façon certaine c’est qu’aucun autre groupe, y compris parmi les islamistes radicaux, ne dispose d’autant d’armement et de cette volonté farouche de frapper les Occidentaux ", poursuit-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.