Israël: comment Shimon Peres a obtenu de la France l'arme nucléaire

Shimon Peres, mort le 28 septembre 2016, fut l’un des principaux artisans du programme nucléaire israélien. Un programme développé avec l’aide de la France. Mais qui, officiellement, n’existe pas. Récit.

Shimon Peres (à Pékin) le 8 avril 2014
Shimon Peres (à Pékin) le 8 avril 2014 ( REUTERS - Feng Li - Pool)
En 1953, Shimon Pérès, qui n’a pas 30 ans, est nommé vice-ministre de la Défense par le chef du gouvernement, David Ben Gourion. «Contre l’avis de tous ses conseillers», a-t-il lui-même raconté dans le film de l’Israélien Michael Karpin, La bombe à retardement. Dans sa feuille de route : le développement d’un programme nucléaire, lancé dès 1949. Objectif : empêcher la destruction du nouvel Etat par une stratégie de dissuasion, notamment vis-à-vis de ses voisins arabes.

«Des quatre pays qui avaient à l’époque une capacité nucléaire – les Etats-Unis, l’Union soviétique, la Grande-Bretagne et la France , seule la France pouvait accepter de nous aider», selon des propos de Peres rapportés par le JDD. Les deux pays ont un ennemi commun : l’Egypte (la France pense alors que Le Caire, où gouverne Gamal Abdel Nasser, aide le FLN algérien) Israël se tourne vers Paris à qui l’Etat hébreu «propose une entraide mutuelle pour la mise au point de la bombe», rapporte Le Figaro.

Peres se rend à Paris alors qu’il ne parle pas français. Il est chargé de négocier des accords militaires. «Mais il noue également des relations avec des intellectuels, des écrivains, des artistes. Il se rapproche d’Yves Montand, d’André Malraux, écume les cafés du quartier latin et tombe amoureux de la culture française», raconte le JDD.

Peres «chez lui», au ministère de la Défense à Paris
Visiblement, le jeune vice-ministre sait très bien s’y prendre. L’un de ses principaux contacts est Georges Elgozy, conseiller économique du président du Conseil français, qui va lui ouvrir de nombreuses portes. «Dans les années 55-56-57, on disait à Paris que (…) Shimon Peres pouvait passer la porte du ministre (français) de la Défense», affirme le journaliste Jean Lacouture dans le magazine de Michael Karpin. «Il avait son propre bureau au ministère. Il était chez lui», insiste son confrère Pierre Péan.

Dans le même temps, Shimon Peres noue une relation très étroite avec Guy Mollet, futur chef du gouvernement en 1956. «La nuit où il a été nommé Premier ministre, (ce dernier) m’a appelé à Tel Aviv et m’a dit : (…) Je tiendrai toutes les promesses que je vous ai faites», raconte l’Israélien dans le film cité ci-dessus. La même année, le premier va voir le second et lui demande que la France livre à Israël un réacteur et de l’uranium

La coopération entre les deux parties, qui va permettre à l’Etat hébreu de se doter de la bombe, est renforcée après l’opération de Suez. «Paris envoie plusieurs centaines de techniciens, livre un réacteur nucléaire de 24 mégawatts et entame des travaux» à Dimona dans le désert du Neguev, rapporte Le Figaro.

Vue partielle du complexe nucléaire de Dimona en Israël (8 mars 2014)
Vue partielle du complexe nucléaire de Dimona en Israël (8 mars 2014) (AFP - Jack Guez)

Les accords franco-israéliens prévoient aussi la construction d’une usine souterraine de séparation isotopique. En échange de son soutien, la France, elle aussi à la recherche de l’arme nucléaire, espère bénéficier, par l’intermédiaire de Tel Aviv, de la technologie américaine.

En 1958, de Gaulle revient au pouvoir. Il va ordonner l’arrêt de la coopération nucléaire. «Le général veut réorienter la politique étrangère de la France dans un sens plus favorable aux pays arabes, surtout après les accords d’Evian sur l’indépendance algérienne en 1962. Les essais nucléaires français ayant été concluants, de Gaulle estime qu’il n’a plus besoin des Israéliens pour faire progresser la recherche», explique Le Figaro.

En 1967, à la veille de la guerre des Six jours, l’arsenal nucléaire israélien est presque opérationnel. Selon le site Arms Control Association, Israël disposerait aujourd’hui de «80 ogives» et aurait «suffisamment de matériel pour 200 armes». Pour les tirer, son armée pourrait utiliser à la fois des missiles balistiques, des avions et des sous-marins.