Cet article date de plus de huit ans.

Mali : 150 soldats en renfort à Kidal, des enquêteurs sur place

Suite à l'assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon au Mali, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a annoncé mardi l'arrivée de 150 soldats supplémentaires à Kidal. Un renfort réclamé par l'ONU depuis plusieurs mois, et qui vient s'ajouter aux 200 hommes déjà présents dans la région. Des enquêteurs ont également été envoyés pour déterminer l'identité des assasins des journalistes de RFI. 
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Environ 200 soldats étaient déjà stationnés à Kidal au Mali. Il y en a désormais 350. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, a annoncé mardi que 150 soldats français étaient arrivés en renfort à Kidal, cette ville du nord du Mali où les deux journalistes de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon ont été assassinés samedi. 

"L'instruction a été donné que 150 militaires partent du sud du Mali pour se rendre à Kidal, ce qui a été fait hier soir ", a déclaré Laurent Fabius interrogé par Radio France Internationale (RFI). 

La réduction des forces françaises pas remise en cause

Une décision liée à l'actualité récente qui va à l'encontre des précédentes décisions du gouvernement, de retirer progressivement les troupes françaises de la région. Or, le ministre français a souligné que la décision du président François Hollande de "renforcer " le contingent militaire à Kidal "ne remettait pas en cause le calendrier général de présence puis de réduction de présence des forces françaises ".

► ► ► A LIRE AUSSI | Mort de deux journalistes de RFI au Mali : ce que l'on sait 

"Nous avons sur place à peu près 3.000 hommes, il a été prévu qu'ils soient maintenus jusqu'au moment des élections, c'est dans quelques jours ", a rappelé Laurent Fabius en référence aux législatives dont le premier tour est prévu le 24 novembre. "Ensuite, nous diminuerons ce nombre et en rythme normal il devrait y avoir un millier de soldats qui auront en particulier des tâches antiterroristes ", a ajouté Laurent Fabius.

Les enquêteurs en place 

Par ailleurs, les circonstances et les auteurs du rapt et du meurtre des deux journalistes de RFI dans le berceau des Touareg et de leur rébellion, à 1.500 km au nord-est de Bamako, restent à élucider et à identifier. Laurent Fabius a indiqué que des enquêteurs avaient également été envoyés au Mali : "D es personnes venues de Paris pour enquêter sont arrivées sur place. Nous sommes sur toutes ces opérations en relation étroite avec nos amis maliens ", a-t-il expliqué.

"Ces gens n'ont aucune humanité" (Laurent Fabius)

"Ce que je veux souligner et c'est important, c'est que les assassins, et j'espère bien qu'on va les rattraper vite et les châtier, mais ce qu'on sait c'est que ce sont des gens qui n'ont aucune humanité et respect de la liberté. Aucune humanité, c'est-à-dire que ces mêmes gens qui écoutent RFI le matin assassinent des journalistes de RFI", a conclu le chef de la diplomatie française

► ► ► A LIRE AUSSI | Qui sont les groupes islamistes qui tiennent le nord Mali ? 

La ville de Kidal, au nord du Mali : 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.