Cet article date de plus de treize ans.

Les talibans ont attaqué mercredi la base de Bagram (nord de Kaboul), la plus importante en Afghanistan

Au moins 7 insurgés ont été tués dans l'attaque contre le site tenu par les troupes américaines, selon l'OTAN. Sept militaires ont été blessés."Les combats continuent mais ils sont désormais sporadiques", a déclaré la porte-parole de la base. Un porte-parole taliban a expliqué que les affrontements se poursuivaient sur la base.
Article rédigé par France2.fr
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min
Céémonie militaire sur la base américaine de Bagram (Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)

Au moins 7 insurgés ont été tués dans l'attaque contre le site tenu par les troupes américaines, selon l'OTAN. Sept militaires ont été blessés.

"Les combats continuent mais ils sont désormais sporadiques", a déclaré la porte-parole de la base. Un porte-parole taliban a expliqué que les affrontements se poursuivaient sur la base.

L'attaque intervient quelques jours après l'annonce par le commandement taliban du lancement d'une série d'opérations de "jihad" (guerre sainte) - attaques, attentats et assassinats - visant l'OTAN, et plus généralement les étrangers. Elle intervient également au lendemain d'un attentat suicide visant dans Kaboul même un convoi militaire occidental. Opération au cours de laquelle cinq soldats américains et un canadien ont été tués.

A Bagram, les insurgés ont attaqué en plusieurs endroits, "tous très rapprochés", mais n'ont pas pu pénétrer dans l'enceinte de la base, selon la porte-parole.de la base. "La riposte de nos soldats a été très rapide", a-t-elle affirmé, sans pouvoir confirmer si des kamikazes se trouvaient parmi les assaillants. Les insurgés sont intervenus contre
l'immense base avec des "roquettes, de grenades et d'armes automatiques", mais n'ont pas réussi à pénétrer dans l'enceinte, selon la major Virginia McCabe.

La porte-parole n'a pu confirmer si des kamikazes se trouvaient parmi les assaillants, comme l'affirme un porte-parole régulier des insurgés, Zabihullah Mujahid. "Aujourd'hui, vers 5 h (0 h 30 GMT), 20 kamikazes talibans ont attaqué la base de Bagram par les flancs est et ouest", a-t-il dit. "Quatre kamikazes ont actionné leur ceinture d'explosifs et les combats continuent sur la base", a-t-il expliqué en milieu de matinée.

Bagram, à une soixantaine de kilomètres au nord de Kaboul, héberge la plus grande base militaire de l'OTAN en Afghanistan, commandée et tenue par l'armée américaine (qui

compose plus des deux tiers des forces internationales). Celle-ci y dispose d'un aéroport et d'une vaste prison, ouverte lors de la chute des talibans fin 2001. En mars 2009, un double attentat avait frappé l'entrée de la base, blessant trois civils.

Les revers occidentaux
Les forces internationales accumulent les revers en Afghanistan, alors que la nouvelle stratégie de contre-insurrection décidée fin 2009 par le président Barack Obama visait à enrayer la progression des l'insurrection.

Après une offensive militaire de grande envergure à Marjah, dans la province du Helmand (sud), qualifiée de "fiasco" par une partie de la presse américaine, les Occidentaux se sont tournés vers Kandahar, le berceau des talibans. Celle-ci doit être le théâtre d'une vaste offensive durant l'été prochain.

Depuis 2005 et la résurgence de l'insurrection menée par les talibans, chaque année établit un nouveau record de pertes pour les troupes étrangères, déployées en Afghanistan depuis fin 2001. Depuis l'été 2009, un à deux soldats de l'OTAN meurent chaque jour en Afghanistan en moyenne.

Les talibans, dont l'insurrection s'est considérablement intensifiée ces deux dernières années, lancent de plus en plus souvent des attaques suicide audacieuses au coeur même de Kaboul, censée être la ville la mieux protégée du pays, ainsi que dans des grandes villes du Sud. Ils ont récemment menacé de viser "les envahisseurs américains", les forces de l'OTAN, "les espions se faisant passer pour des diplomates étrangers", "les larbins de l'administration Karzaï", les sociétés privées de sécurité, les sociétés étrangères de construction et "tous les soutiens des envahisseurs étrangers".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.