Cet article date de plus de dix ans.

Les autorités canadiennes disent avoir démantelé un réseau terroriste

Au moins deux personnes ont été arrêtées ce lundi dans une opération des forces de l'ordre canadiennes. Selon la police, ces deux personnes sont liées à Al-Qaïda, elles fomentaient un attentat contre un train reliant New-York à Toronto. Elles recevaient leurs informations depuis un groupe islamiste basé en Iran. Il n'y aurait aucun lien avec les attentats de Boston. Les deux suspects, qui ne sont pas citoyens du Canada, comparaîtront dès mardi devant la justice canadienne.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

L'information a été
révélée dans un premier temps par des télévisions locales, avant d'être
confirmée dans la soirée par la police : deux personnes ont été interpellées et
inculpées lundi, au Canada, pour avoir fomenté un attentat contre un train de
passagers. Ces deux individus visaient la ligne qui relie New-York à Toronto,
et envisageaient de faire dérailler le train côté canadien.

Selon la police, les deux suspects "sont liés d'une manière ou d'une
autre à Al-Qaïda
" et seront "poursuivis pénalement ". Ils ont été inculpés formellement pour "complot en vue de commettre un attentat terroriste" et "complot sous la direction d'un groupe terroriste". Ils étaient, selon les éléments de l'enquête, dirigés par des membres d'Al-Qaïda en Iran. "Aucune information n'indique que ces attaques étaient soutenues " par l'Etat iranien, précise la police. 

Le Canada, foyer de recrutement pour Al-Qaïda ?

L'ancien
numéro deux des services de renseignement canadiens, Raymond Boisvert, estime
quant à lui qu'il "pourrait y avoir un lien avec d'autres cellules ou
individus aux Etats-Unis
", même si ce complot n'avait – a priori – rien à
voir avec les attentats qui ont touché Boston lundi dernier.

Les deux arrestations ont
eu lieu à Montréal et à Toronto. Même si le Canada est relativement épargné par
le terrorisme international, le pays semble être un foyer de recrutement pour
les islamistes extrêmistes. Un Canadien est notamment détenu en Mauritanie,
pour avoir tenté de rejoindre un camp d'Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique)
l'an dernier. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.