Le président israélien fait un geste envers la communauté arabe

Appelant au calme alors que les tensions s’accentuent à Jérusalem-Est, le président israélien Reuven Rivlin a admis les torts de l’Etat hébreu envers la communauté arabe du pays.

(Le président israélien Reuven Rivlin a eu un geste d'appaisement devant les tensions croissantes à Jérusalem-Est. © MaxPPP)

Le président israëlien Reuven Rivlin a reconnu les torts passés et présents d’Israël envers la communauté arabe dimanche. Un appel au calme dans un contexte de tensions grandissantes à Jérusalem-Est.

 

Pour la première fois, un président israélien a assisté aux commémorations du "massacre de Kafr Qassem", perpétué le 29 octobre 1956 dans le village arabe du même nom. 47 civils arabes israéliens avaient été abattus par la police des frontières israélienne.

 

En Israël, 20 % de la population est arabe et c’est à eux que Reuven Rivlin s’est adressé. "Je ne suis pas naïf, je sais que certains Arabes israéliens s'identifient à la souffrance des Palestiniens et qu'ils subissent ici en Israël le racisme" , a-t-il déclaré. Avant d’appeler à lutter contre le terrorisme et à défendre le respect réciproque.

Contexte de tensions

Ces déclarations ont lieu dans un contexte de plus en plus tendu à Jérusalem-Est, la partie palestinienne de la ville annexée et occupée par Israël. Depuis plusieurs jours, des centaines de policiers supplémentaires ont été déployés. Des heurts ont encore eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche et cinq Palestiniens ont été arrêtés.

Cette multiplication des attaques aux jets de pierres fait suite à la mort d’un bébé israélien mercredi 22 octobre, jour où un Palestinien a fauché avec sa voiture plusieurs piétons à Jérusalem-Est.