Cet article date de plus de neuf ans.

Le gouvernement thaïlandais a demandé à Bangkok d'ouvrir toutes les écluses.

Yingluck Shinawatra a ordonné jeudi aux autorités de Bangkok d'ouvrir toutes les écluses qui régulent les cours d'eau et canaux de la capitale, pour évacuer au plus vite les masses d'eau accumulées au nord de celle-ci.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (NICOLAS ASFOURI / AFP)

Yingluck Shinawatra a ordonné jeudi aux autorités de Bangkok d'ouvrir toutes les écluses qui régulent les cours d'eau et canaux de la capitale, pour évacuer au plus vite les masses d'eau accumulées au nord de celle-ci.

"J'ai décidé de demander à Bangkok d'ouvrir toutes les écluses, ce qui pourrait provoquer des inondations, afin de drainer l'eau vers la mer aussi vite que possible", a expliqué la chef du gouvernement.

Les inondations, provoquées par une mousson anormalement abondante, ont déjà fait au moins 320 morts et trois disparus, selon le dernier bilan de jeudi.

Le gouvernement en difficulté face à ces épreuves

Les énormes inondations ont rendu impossible le fait de préserver totalement la capitale. Pourtant, le gouvernement, qui subit son premier vrai test depuis sa prise de pouvoir en août, se bat d'arrache-pied depuis plusieurs jours pour empêcher Bangkok d'être gagnée par les eaux, renforçant les digues avec des sacs de sable pour protéger son centre d'affaires et ses aéroports. "Plus nous la bloquons, plus l'eau monte donc nous allons étudier les zones qui souffriront le moins", a indiqué Yingluck. "C'est une crise nationale donc j'espère obtenir la coopération de tous les secteurs". L'opposition a réclamé mercredi l'état d'urgence pour donner plus de pouvoir aux militaires et permettre notamment les évacuations de force et l'interdiction de certains axes à la circulation. Une option que le gouvernement a cependant refusé.

Yingluck se voit reprocher depuis plusieurs jours indécision et déclarations contradictoires. La soeur de l'ex-Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra, une femme d'affaires entrée en politique deux mois avant les élections de juillet, peine à convaincre sur ses capacités à gouverner.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.