L'Espagne serait en train de payer 5 millions de dollars à Al-Qaïda pour la libération des trois otages espagnols

La branche maghrébine d'Al-Qaïda au Maghreb retient trois Espagnols capturés le 29 novembre, dans la zone désertique du nord du Mali, ainsi que deux Italiens et un Français.Pour la libération des Espagnols, le quotidien national (de droite) El Mundo de dimanche assure que Madrid serait en train de payer 5 millions de dollars à Al-Qaïda.

La Une de El Mundo du dimanche 21/02/10
La Une de El Mundo du dimanche 21/02/10 (DR)

La branche maghrébine d'Al-Qaïda au Maghreb retient trois Espagnols capturés le 29 novembre, dans la zone désertique du nord du Mali, ainsi que deux Italiens et un Français.

Pour la libération des Espagnols, le quotidien national (de droite) El Mundo de dimanche assure que Madrid serait en train de payer 5 millions de dollars à Al-Qaïda.

Du côté du ministère espagnol des Affaires étrangères, un porte-parole a indiqué dimanche matin n'avoir "aucune nouvelle information officiellement" au sujet des trois captifs. Pour El Mundo tout autre son de cloche: l'Espagne "remet 5 millions de dollars aux terroristes d'Al-Qaïda au Maghreb à travers un chef touareg". Le quotidien ne cite aucune source.

Il explique cependant qu'un accord a été passé fin janvier entre Madrid et Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) avec l'aide des autorités maliennes pour payer une rançon de 5 millions de dollars. Ce montant aurait été "confirmé à ce journal par un membre du gouvernement", ajoute El Mundo.

Le périodique publie également une interview du président malien Amadou Toumani Touré qui se dit "confiant sur le fait qu'il y aura dans les prochains jours de très bonnes nouvelles" pour les six otages européens retenus par l'Aqmi.

L'Aqmi retient actuellement six Européens dans la zone désertique du nord du Mali: le Français Pierre Camatte enlevé le 26 novembre dans ce pays, trois Espagnols capturés le 29 novembre en Mauritanie et un couple d'Italiens kidnappés le 17 décembre également en Mauritanie.

L'Aqmi avait notamment réclamé la libération de quatre islamistes détenus au Mali. Ces derniers ont été condamnés jeudi à des peines qu'ils ont déjà purgées préventivement et qui sont donc "juridiquement libres" et en passe d'être libérés, a indiqué vendredi une source judiciaire malienne.