Japon : subventionner les entreprises pour que les salariés se reposent

Au Japon, on estime que le surmenage au travail est à l'origine de plusieurs milliers de suicides chaque année. Le fléau n'est pas nouveau, mais cette fois le gouvernement semble bien décidé à s'y attaquer. Il va payer les entreprises qui décideront de mettre leurs salariés au repos.

(Des Japonais épuisés endormis dans un grand magasin de Tokyo © REUTERS / Thomas Peter)

Un quart des salaries japonais travaillent plus de 49 heures par semaine. La majorité d'entre eux ne prennent que 9 des 19 jours de congés annuels auxquels ils ont droit. Le gouvernement veut rompre avec cette pratique. Il envisage d'accorder une subvention publique aux entreprises qui réussiront à réduire les journées de travail de leurs employés. Le nouveau système pourrait être introduit l'an prochain. Le montant de la récompense financière accordée aux entreprises dépendra du nombre d'heures de repos qu'elles parviendront à imposer à leurs salaries.

Travailler plus mais produire moins

L'opérateur de télécom KDDI force déjà ses employés à une pause d'au moins huit heures entre deux journées de travail. Selon le journal économique "Nikkei", cette mesure du gouvernement, une fois adoptée, permettra de réduire le nombre de décès par surmenage ou "karoshi" en japonais. Certains employés ne prennent aucune de leurs journées de repos rétribuées. Ça ne les rend pas plus productifs pour autant. Bien au contraire. En termes de productivité, le Japon se classe au 20e rang parmi les pays de l'OCDE, et au dernier parmi ceux du G7.