Cet article date de plus de quatre ans.

En Inde, les Hijras sont le troisième genre

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Brut : Hijra
Article rédigé par

Nées garçons ou intersexes, les Hijras sont forcées de vivre en marge de la société en Inde. 

« Même si vous portez un sari, vous n’êtes pas une vraie femme, vous êtes considérées comme le troisième genre. » Urmi Jadhav est une Hijra. Elles sont une communauté de transgenres qui existe en Inde depuis 4 000 ans. Issues de toutes les castes, elles sont nées garçons ou intersexes, s’habillent en femmes et sont parfois émasculées. Depuis 2014, la Cour suprême indienne reconnaît officiellement l’existence d’un troisième genre. 

Elles inspirent à la fois la crainte et la fascination

Elles seraient près de 490 000 en Inde. À l’époque des maharajas, elles étaient employées pour garder les harems. Aujourd’hui, elles bénissent les mariages et les naissances. Dans certains États, elles peuvent être également employées comme collecteurs d’impôts. 

Mais rejetées par leurs familles, qui les considèrent comme une malédiction, elles sont contraintes de vivre en marge de la société sous la tutelle de gourous. « Nous avons fait face à toutes sortes de harcèlement. Nous sommes stigmatisées par la société et nous sommes confrontées à la torture sexuelle. » indique une Hijra. Et une autre d’ajouter : « Même lorsque nous ouvrons des magasins, les gens ne nous respectent pas et refusent de payer pour ce qu’ils achètent. » Inspirant à la fois la crainte et la fascination, elles sont souvent contraintes à se prostituer. Jusqu’à 40% d’entre elles seraient infectées par le VIH. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.