Cet article date de plus de neuf ans.

François Hollande dit prendre au sérieux la menace d'Aqmi contre la France

Dans une vidéo, un chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique appelle à attaquer les intérêts français "partout dans le monde" en représailles à "l'occupation par la France d'une terre de l'Islam" - le Mali. Le président français dit prendre cette menace au sérieux, tout en assurant que l'opération malienne se poursuivrait.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Le djihad contre la France. C'est une vidéo prise très au sérieux au plus haut sommet de l'Etat. Un message, daté du 25 avril dernier et mis en ligne aujourd'hui, signé d'Abou Obeida Youssef Al-Annabi, chef du Conseil des notables d'Aqmi, Al-Qaïda au Maghreb islamique. 

L'homme exhorte "les musulmans dans le monde entier" à "attaquer les intérêts français partout, car depuis le premier jour de l'agression, ils sont devenus des cibles légitimes" - référence directe à l'intervention militaire au Mali, lancée en janvier. Il dénonce "la croisade menée par la France contre les musulmans" , et "l'occupation par la France d'une terre de l'islam" .

Ce ne pourrait être qu'une menace de plus. Néanmoins François Hollande a tenu à réagir officiellement - en marge d'une conférence de presse commune avec le président polonais qu'il recevait à l'Elysée. "Nous avons infligé des pertes considérables à Aqmi par l'intervention au Mali. Mais les réseaux d'Aqmi existent en dehors du Mali. Nous considérons donc qu'il nous faut poursuivre et l'intervention au Mali pendant le temps nécessaire, même s'il y a une réduction de notre présence, et maintenir une vigilance autour du Mali pour continuer à lutter contre le terrorisme."

La suite des propos d'Abou Obeida Youssef Al-Annabi est à l'avenant : il s'en prend à la France pour avoir légalisé le mariage gay. La France, dit-il, subira "le châtiment divin"  pour avoir adopté cette 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.