Vers un accord entre Paris et Berlin sur l’investissement

Les ministres français de l’Economie et des Finances, Emmanuel Macron et Michel Sapin, ont rencontré leurs homologues allemands ce lundi. Ils ont convenu d’un accord sur l’investissement au niveau européen.

(Les ministres allemands de l'Economie et des Finances, S. Gabriel et W. Schaeuble et leurs homologues français M. Sapin et E. Macron © Reuters-Thomas Peter)

L'Allemagne et la France sont sur la voie d'un accord pour stimuler les investissements au niveau européen. Michel Sapin, le ministre des Finances, et Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie étaient à Berlin ce lundi pour discuter avec leurs homologues allemands.

 

Ils ont annoncé qu’ils allaient "travailler d’arrache-pied " à préparer un document commun sur l’investissement. Il sera présenté le 1er décembre. "Il y a un certain nombre de points qu'il convient de régler, il y a un certain nombre de défis, de difficultés, mais également d'opportunités pour toute l'Europe ", a expliqué Wolfgang Schaüble, ministre allemand des Finances.

 

A VOIR ►►► Michel Sapin, invité de la matinale de France Info

Le quotidien Der Spiegel croit savoir que la France s'est engagée à fournir à Bruxelles une feuille de route détaillée de sa réduction de déficit et de ses réformes structurelles. En échange, l'Allemagne s'opposerait à l'adoption d'éventuelles sanctions que pourrait proposer la Commission européenne à l'encontre de la France.

"En Europe, il nous faut plus de croissance" (Sigmar Gabriel, ministre allemand de l'Economie)
--'--
--'--

Agir ensemble

Mais attention, ce document se veut équilibrer. Certains estimaient ce lundi que la France allait en l’Allemagne pour lui demander d’investir. Une aide avant que la Commission européenne ne se prononce sur le budget français pour 2015. Il n’en est rien, a affirmé lundi après-midi le ministre des Finances Michel Sapin. Il a expliqué que Paris et Berlin comptaient proposer des pistes communes sur l'investissement à leurs partenaires européens, dans un esprit de coopération et de concorde.

 

Il a démenti tout "pacte " franco-allemand pour que la France puisse échapper à d'éventuelles sanctions européennes en raison de son dérapage budgétaire. "Nous devons agir ensemble non pas pour que l'un dise à l'autre ce qu'il a à faire (...) mais pour que chacun puisse décrire les préoccupations de chaque pays et les modalités de mise en œuvre du soutien à l'investissement ", a-t-il expliqué.

 

A LIRE AUSSI ►►► Que sait-on du budget de nos partenaires européens ?

(©)