L’Union européenne adopte une loi historique contre les dérives d’Internet

Publié Mis à jour
L’Union européenne adopte une loi historique contre les dérives d’Internet
Article rédigé par
F. Beaudonnet - France 3
France Télévisions

L’Union européenne vient de trouver un accord historique pour lutter contre les dérives d’Internet, comme les appels au meurtre, la violence ou encore les images pédophiles. Sur le plateau du 19/20, samedi 23 avril, le journaliste et spécialiste sur les questions européennes François Beaudonnet, fait le point.

Que va changer cet accord de l’Union européenne pour lutter contre les dérives d’Internet ? "L’objectif, c'est de mettre fin à la ‘jungle' sur Internet : aussi bien sur les sites de commerce que sur les réseaux sociaux et ce, dans toute l’Europe", explique le journaliste François Beaudonnet, sur le plateau du 19/20 samedi 23 avril. "Dorénavant, ce qui est interdit dans la vraie vie, comme par exemple l’incitation à la haine, ce sera également interdit sur le web", poursuit-il. Les sites comme Facebook ou Amazon devront : "Informer les autorités judiciaires quand ils soupçonnent une infraction pénale grave et, surtout, ils devront suspendre, de leur propre chef, les utilisateurs qui mettent en ligne des contenus illégaux", indique-t-il. Autrement dit, "les sites internet deviennent responsables de ce qu’ils diffusent".

Les très grandes plateformes soumises à plus de contrôles

Y aura-t-il des obligations spéciales pour les géants comme Facebook ou Amazon ? "Pour les très grandes plateformes en ligne, celles qui ont plus de 45 millions d’utilisateurs en Europe, c’est le cas en de Facebook, Amazon ou encore Twitter, elles seront soumises à plus de contrôles que les autres et elles seront obligées de laisser le régulateur européen accéder à leurs données, ce qui aujourd’hui n’est pas le cas", précise François Beaudonnet. Y aura-t-il des sanctions ? "L’amende pourra aller jusqu’à 5 % du chiffre d’affaires des plateformes, ça paraît peu mais c’est énorme : cela pourrait atteindre des dizaines de millions d’euros, autant dire que cela devrait être très dissuasif", conclut-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.