Cet article date de plus de neuf ans.

Ukraine : les Etats-Unis envisagent des sanctions contre Poutine

Alors que le vice-président américain Joe Biden est arrivé ce lundi à Kiev pour afficher son soutien au nouveau pouvoir, le département d'Etat a fait savoir que des sanctions directes contre Vladimir Poutine n'étaient pas exclues. Le ministre russe des Affaires étrangères accuse de son côté Kiev de ne pas faire respecter l'accord de Genève. Sur le terrain, les tensions restent vives et les séparatistes pro-russes de l'est ne sont pas décidés à évacuer les bâtiments officiels.
Article rédigé par Grégoire Lecalot
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Valntyn Ogirenko Reuters)

Signé sur le papier, l'accord quadripartite de Genève sur l'Ukraine est loin de trouver sa traduction dans les actes. La visite du vice-président américain Joe Biden à Kiev, entamée ce lundi, s'inscrit dans un contexte d'affrontement diplomatique avec Moscou. Le département d'Etat est d'ailleurs monté d'un cran en n'excluant pas des sanctions contre Vladimir Poutine lui-même, tout en précisant que la chose n'était pas encore d'actualité.

Les deux capitales se demandent mutuellement de faire respecter l'accord de Genève et c'est bien ce que Joe Biden a répété à Kiev. Washington demande à Moscou de faire appliquer l'accord par les militants pro-russes de l'est du pays, tandis que le Kremlin estime que le pouvoir ukrainien doit pour sa part faire disperser les manifestants pro-européens dans la capitale.

Sur le terrain, le noeud gordien ne semble pas non plus sur le point d'être tranché. Le leader des pro-russes de Slaviansk, Viatcheslav Ponomariov, campe sur ses positions, qu'il a expliquées au médiateur de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe). Et joignant le geste à la parole, les séparatistes de l'est ont fait venir des camions de sable pour construire des barricades et pris le contrôle d'autres bâtiments officiels dans la ville de Kramatorsk, proche de Slaviansk. Un "gouverneur du peuple" aurait même été élu à Louhansk, une capitale régionale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.