Sanctions : Moscou menace l'UE de réagir de "façon comparable"

Alors que l'Union européenne a ajouté ce vendredi 12 noms sur sa liste des personnalités russes et ukrainiennes sanctionnées pour leur rôle dans l'annexion de la Crimée, un porte-parole du ministre russe des Affaires étrangères parle d'une "décision déconnectée des réalités". Et envisage des mesures de rétorsion.

(Sergei Karpukhin Reuters)

"Il est déplorable
que le Conseil européen ait pris une décision déconnectée de la
réalité. Nous jugeons qu'il est temps de
revenir à une coopération pragmatique conforme aux
intérêts de nos  pays. Cependant, la partie russe se réserve évidemment
le droit de réagir de façon comparable
aux initiatives qui ont été prises" indique un porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué diffusé ce samedi matin.  

Sur la liste des nouvelles personnalités dont les avoirs et les visas sont gelés par l'Europe se trouvent des responsables "haut placés" comme le vice-Premier ministre Dmitri Rogozine, et les présidents des chambres haute et basse du parlement russe.  

"Toutes ces sanctions ne valent pas un seul grain de sable de la terre de Crimée qui est retournée à la Russie", a réagi Dmitri Rogozine.

De son coté Washington a ciblé des proches collaborateurs du président Vladimir Poutine, dont Sergueï Ivanov, son chef de cabinet. Ils ont ajouté 20  personnes à la liste des onze dont les avoirs étaient déjà gelés. Mais les Etats-Unis ne sont pas mentionnés dans le communiqué russe.