Cet article date de plus de neuf ans.

Norvège : les experts divisés sur l'état mental d'Anders Breivik

Le nouvel examen psychiatrique de l'auteur présumé du massacre d'Utøya devrait être achevé avant le 31 décembre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'auteur présumé de la tuerie du 22 juillet à Oslo et Utoya, Anders Breivik, le 25 juillet 2011 à Oslo (Norvège). (JON-ARE BERG-JACOBSEN / AFP PHOTO)

Les experts chargés d'examiner à nouveau l'état mental d'Anders Breivik, auteur présumé du massacre de juillet dernier en Norvège, sont "complètement divisés" sur le diagnostic des psychiatres qui ont estimé que le tueur n'était pas pénalement responsable, a rapporté mercredi 21 décembre la chaîne publique NRK.

Anders Behring Breivik, 32 ans, a reconnu avoir fait exploser une bombe à Oslo le 22 juillet, puis s'être rendu sur l'île d'Utøya, où il a fait feu sur les participants de l'université des jeunes du Parti travailliste, au pouvoir. Au total, 77 personnes ont trouvé la mort, dont 69 sur l'île.

Fin novembre, deux psychiatres mandatés par la justice norvégienne ont estimé que l'état mental de Breivik, qui se présente comme un "templier" en croisade contre le multiculturalisme et "la colonisation islamique", ne permettait pas de le tenir pénalement responsable de ses actes.

Le réexamen psychiatrique achevé d'ici au 31 décembre

Une commission de sept experts a été chargée d'examiner cet avis. Et, selon la NRK, trois de ses membres ont soulevé de "grosses objections". "Ils sont en désaccord sur le point de savoir si Breivik est psychotique." D'autres membres de la commission ont critiqué le fait que les convictions idéologiques de Breivik n'aient pas été abordées dans le rapport des experts.

Le réexamen devrait être achevé d'ici au 31 décembre. S'il confirme le diagnostic initial, Breivik ne pourra être condamné à une peine de prison.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.