Malgré sa haine des migrants, la Hongrie est contrainte de recruter des étrangers

En Hongrie, la peur de l'étranger a fait office de programme pour les élections européennes, ce qui crée des pénuries de main-d'œuvre. Illustration avec cet extrait de l'émission "Avenue de l'Europe", diffusée mercredi 30 janvier à 23h40.

France 3

À moins de 200 km au sud de Budapest se dresse la frontière avec la Serbie et son impressionnant rideau de fer pour repousser les migrants et protéger ce pays qui est certain qu'il peut réussir seul à retrouver sa grandeur passée. Des certitudes bousculées par la réalité économique. Videoton, fleuron de l'industrie hongroise, est un sous-traitant pour les grands constructeurs automobiles allemands.

Travailleurs venus d'Ukraine tolérés

L'entreprise manque cruellement de bras alors le patron a déployé les grands moyens ces dernières années : 50% de hausse de salaires, des machines pour remplacer les hommes, heures supplémentaires. Pourtant,"en septembre, nous avons commencé à employer des gens de l'étranger, 80 travailleurs ukrainiens", avoue le patron. L'immigration ukrainienne pour compenser la pénurie de main-d'œuvre, un aveu que peu d'entreprises acceptent de faire. En dix ans, la Hongrie a perdu 500 000 actifs partis travailler dans l'ouest de l'Europe.

L'émission "Avenue de l'Europe" est à voir en intégralité mercredi 30 janvier à 23h40 sur France 3.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'entreprise hongroise Videoton
L'entreprise hongroise Videoton (France 3)