Les premiers réfugiés en provenance d'Allemagne sont arrivés en France

Un premier contingent de réfugiés, que le gouvernement français s'est engagé à rapatrier d'Allemagne pour soulager ce pays, est arrivé en Seine-et-Marne.

Des réfugiés sont accueillis par des membres de la Croix-Rouge, le 9 septembre 2015, à Champagne-sur-Seine (Seine-et-Marne).
Des réfugiés sont accueillis par des membres de la Croix-Rouge, le 9 septembre 2015, à Champagne-sur-Seine (Seine-et-Marne). (PIERRE CONSTANT / AFP)
Ce qu'il faut savoir

La France a accueilli, mercredi 9 septembre, 53 réfugiés syriens et irakiens en provenance d'Allemagne. Dans le même temps, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a appelé les pays membres de l'Union européenne à trouver un accord dès la semaine prochaine pour se répartir 160 000 réfugiés. Suivez les événements en direct sur francetv info.

Les Français sont désormais majoritairement favorables à l'accueil de migrants et de réfugiés, selon un sondage Elabe pour BFM TV, même si la question continue de diviser profondément la droite et la gauche. Une évolution si rapide "témoigne de l'émotion suscitée par la photo" d'Aylan Kurdi, selon l'institut. 

Environ 1 000 réfugiés accueillis en France d'ici à vendredi. Un premier contingent de Syriens et d'Irakiens, que le gouvernement s'est engagé à ramener d'Allemagne pour soulager ce pays, est arrivé à Champagne-sur-Seine (Seine-et-Marne) dans la matinée. Environ un millier de réfugiés sont attendus en France d'ici à vendredi. François Hollande a annoncé, lundi, que la France était prête à accueillir 24 000 réfugiés au cours des deux prochaines années.

Une réunion européenne à Strasbourg (Bas-Rhin). Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, doit présenter, mercredi, ses propositions pour répartir 120 000 réfugiés dans l'UE. Les grandes lignes du plan sont déjà connues, mais l'Allemagne appelle à un système de quotas sans plafond.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MIGRANTS

23h56 : Des milliers de réfugiés se pressent sur l'île grecque de Lesbos. Les autorités ne parviennent plus à faire face, les migrants sont à cran et les habitants inquiets. Une situation chaotique qui empire de jour en jour, raconte l'équipe de France 2 sur place. (FRANCE 2)

23h50 : Comme de nombreux dessinateurs de presse, Chaunu a réalisé un dessin du petit Aylan Kurdi, cet enfant Syrien retrouvé mort sur une plage après le naufrage de l'embarcation qui devait le mener en Europe. Ce dessin vaut à Chaunu des critiques et même des menaces de mort. Il se défend sur France 3 Basse-Normandie.

23h45 : Nicolas Sarkozy met aussi en garde contre "la désintégration de la société française", en l'absence d'une politique migratoire qui distingue entre "migrants économiques", "réfugiés politiques" et "réfugiés de guerre". Nous vous résumons dans cet article le long entretien du président des Républicains au Figaro.

23h41 : Une très long détour. Des Syriens ont trouvé dans l'Arctique une nouvelle porte d'entrée en Occident en passant, parfois à vélo, la frontière entre la Russie et la Norvège. Une équipe de France 2 s'est rendue sur place.

(FRANCE 2)

23h29 : Près de 200 réfugiés sont arrivés en France aujourd'hui en provenance de l'Allemagne. Une cinquantaine d'entre-eux ont été installés dans un centre de vacances de la région parisienne. Voici le reportage à Cergy de notre journaliste Louis Boy.





(JACKY NAEGELEN / REUTERS)

23h23 : @anonime : Le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, par ailleurs président de la Commission européenne, a exhorté les Etats de l'Union à se répartir d'urgence l'accueil des 160 000 réfugiés présents en Europe. Les quotas contraignants qu'il propose obligeraient son pays, le Luxembourg, a en héberger 440.

23h19 : Le Luxembourg va-t-il accueillir des migrants ?

22h16 : "Il faut donc aménager un véritable statut provisoire de réfugié de guerre qui n'existe pas formellement aujourd'hui. (...). Avant de l'accorder, il faut l'instruire (...). C'est pourquoi il faut créer des centres de rétention dans les pays périphériques à Schengen."

Voici la principale proposition faite par l'ancien chef de l'Etat dans son entretien au Figaro pour tenter de contrôler l'afflux de réfugiés et d'exilés en Europe.

22h14 : Nicolas Sarkozy dévoile son "plan" pour faire face à la crise des migrants dans un long entretien au Figaro. En résumé, l'ancien chef de l'Etat appelle les Européens à "refonder la politique migratoire européenne". Le président des Républicains redit donc son souhait de remettre à plat les accords de Schengen sur la libre circulation des biens et des personnes au sein de l'espace commun.

22h22 : @mimac : Détrompez-vous. Sur les plus de 224 000 réfugiés et migrants arrivés en Europe via la Méditerranée depuis le début de l'année, selon le Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies (HCR), 98 000 ont débarqué en Italie. Quelque 15 600 y sont toujours. Et, comme en Grèce, les autorités italiennes sont débordées. Car ces arrivées sont encore supérieures aux records enregistrés en 2014.

22h10 : Je ne vois pas de migrants accueillis en Italie ? Qu'en est il ?

22h00 : En Slovaquie aussi le Premier ministre affiche sa fermeté. Robert Fico refuse à nouveau les quotas de migrants proposés par la Commission européenne. Il ne veut pas "se prosterner" devant l'Allemagne ou la France, dit-il. Regardez le reportage de France 2 sur place.

(FRANCE 2)

21h51 : L'armée hongroise a entamé des exercices militaires pour préparer sa mission de protection des frontières. L'agence d'Etat hongroise l'annonce, alors que le pays est critiqué pour la manière très ferme avec laquelle il gère cette crise des migrants.

21h18 : La Norvège propose d'accueillir une conférence internationale des donateurs pour venir en aide aux millions de Syriens déplacés par le conflit.

20h54 : Le chiffre est révélateur. Environ 33 000 demandeurs d'asile sont arrivés en train à Munich depuis le début du mois, soit autant que dans toute l'année 2014, calcule le gouvernement du district de Haute-Bavière.

20h19 : Quelque 200 migrants, venus d'Irak et de Syrie notamment, sont arrivés en région parisienne. La fin d'un long et périlleux périple. France 3 était là à leur arrivée. (FRANCE 3)

20h01 : Que risquent les maires qui ne veulent accueillir "que des réfugiés chrétiens" ? Les avocats que nous avons interrogés estiment qu'il s'agit bien d'une discrimination.





(PIERRE CONSTANT / AFP)

19h33 : Près de 300 personnes se sont rassemblées dans le calme devant l'hôtel de Ville de Roanne (Loire), à l'appel de partis et de syndicats de gauche, pour dénoncer la décision du député-maire Yves Nicolin (Les Républicains) de réserver l'accueil de réfugiés aux seuls chrétiens.

19h23 : Les Républicains peinent à affirmer une position commune sur le sujet brûlant des réfugiés, entre l'humanisme de la démocratie chrétienne et la fermeté face à l'immigration d'un parti mis sous pression par le Front national. Voici l'analyse de notre blogueur Olivier Biffaud.

19h19 : Alors qu'en France, le débat fait rage sur l'opportunité d'accueillir les réfugiés, un de nos voisins accueille les migrants à bras ouverts : l'Allemagne. Nous vous expliquons pourquoi.



(MICHAEL DALDER / REUTERS)

18h55 : La commune de Charvieu-Chavagneux, dans l'Isère, s'est dite prête hier soir à accueillir des réfugiés mais "à la condition expresse" que ce soit des chrétiens car ils "ne procèdent pas à la décapitation de leur patron". La délibération a été approuvée par le conseil municipal. Des élus écologistes du département ont saisi la justice.

18h31 : Les Français sont désormais majoritairement favorables - à 53% - à l'accueil de migrants et de réfugiés, selon un sondage Elabe pour BFMTV.

18h25 : Les Etats-Unis sont "déterminés" à accueillir davantage de réfugiés syriens. Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, l'annonce, mais sans avancer le moindre chiffre.

18h23 : La présidence espagnole annonce que l'Espagne accepte d'accueillir son quota de 14 931 réfugiés.

17h59 : Titeuf solidaire des réfugiés. Zep a dessiné son célèbre personnage en migrant, tels ces centaines de milliers d'enfants qui fuient la Syrie avec leurs parents. "Titeuf est un personnage qui, depuis le début de son histoire, a un côté citoyen", explique le dessinateur sur le plateau de France 3 Rhône-Alpes.

FRANCE 3 - RHONE-ALPES

17h19 : Le PSG, via sa fondation caritative, va verser un million d'euros à deux associations venant en aide aux réfugiés, a annoncé le club dans un communiqué.

17h10 : La compagnie ferroviaire danoise DSB a suspendu, sur ordre de la police, toutes les liaisons avec l'Allemagne. Plus tôt dans la journée, des centaines de migrants ont refusé de descendre de trains se rendant en Suède, pays connu pour ses règles plus souples en matière de droit d'asile.

16h57 : Notre journaliste Louis Boy est toujours à Cergy (Val-d'Oise), où une cinquantaine de réfugiés ont été accueillis. Il rencontre des habitants, venus apporter leur soutien aux migrants.

16h25 : Au Danemark, plusieurs dizaines de migrants ont quitté l'école qui les hébergeait pour partir, à pied, vers la Suède, selon le journal Berlingske (en danois). Ils marchent sur une autoroute, qui a été fermée par les autorités pour éviter les accidents.

16h14 : La pression migratoire s'accentue en Hongrie. Un groupe de 400 à 500 migrants a franchi un cordon de police qui tentait de les contenir dans un "point de rassemblement" à la frontière serbe.



(CSABA SEGESVARI / AFP)

15h54 : Bonjour @anonyme. Un demandeur d'asile peut en effet percevoir une allocation temporaire d'attente, pendant le temps d'examen de son dossier. Son montant est de 11,45 euros par jour, soit 343,50 euros par mois, indique le site du service public. Le demandeur d'asile n'a pas le droit de travailler pendant le traitement de sa demande, cette allocation est censée compenser ce manque de ressources.

15h54 : Bonjour. Un réfugié (demandeur d'asile) a le droit de percevoir une allocation temporaire d'attente. Pourriez-vous me dire le montant de cette allocation ? Merci.

15h02 : "J'espère pouvoir rester, j'espère que vous me laisserez rester."

15h02 : Notre journaliste Louis Boy est à Cergy-Pontoise (Val-d'Oise), où une cinquantaine de réfugiés ont été accueillis. Il est allé à leur rencontre.

14h39 : A leur arrivée à Munich, en Allemagne, les migrants sont pris en charge par les autorités, bien aidées par la forte mobilisation de bénévoles. "C'est normal d'aider quand on peut", explique l'une d'entre elles. Notre journaliste Thomas Baïetto était à leurs côtés. Lisez son reportage, ici.




(THOMAS BAIETTO / FRANCETV INFO)