Italie : un décret voté pour plus de sanctions envers les navires des ONG

En Italie, les sanctions vont se durcir contre les ONG qui viennent en aide aux migrants. Le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini a fait de cette question l'un des axes de sa politique anti-immigration. 

FRANCE 2

160 voix pour, 57 contre : le clan Salvini se félicite. Les bateaux d'ONG qui viennent en aide aux migrants en Méditerranée pourront désormais être plus durement sanctionnés, comme le voulait le ministre de l'Intérieur. Devant le Parlement, des manifestants crient leur désaccord. "La solidarité n'est pas un crime", peut-on entendre. Le texte voté permet aux autorités d'interdire les eaux territoriales italiennes aux navires qui viennent au secours des migrants, d'infliger jusqu'à 10 ans de prison aux commandants en cas de résistance, et des amendes pouvant aller jusqu'à 1 million d'euros contre 50 000 euros jusqu'à présent.

Une criminalisation de la solidarité en mer dénoncée

Le ministre de l'Intérieur, qui n'a de cesse de menacer les navires des ONG, a désormais une arme juridique de poids entre les mains. Les navires de sauvetage comme l'Open Arms ou l'Ocean Viking, partis de Marseille (Bouches-du-Rhône) lundi 5 août, pourraient être inquiétés par ce nouveau texte. Les défenseurs des doits de l'Homme dénoncent la criminalisation de la solidarité en mer. Seul espoir pour les ONG, que le président italien refuse de ratifier le décret en le jugeant anticonstitutionnel.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre de l\'Intérieur italien, Matteo Salvini, à Mineo, en Sicile (Italie), le 9 juillet 2019.
Le ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini, à Mineo, en Sicile (Italie), le 9 juillet 2019. (ANDREAS SOLARO / AFP)