Guerre en Ukraine : la vie d’après des veuves de soldats ukrainiens

Publié
Durée de la vidéo : 4 min
Plusieurs dizaines de milliers d’Ukrainiens seraient morts durant les combats. Les équipes de France 2 ont recueilli le témoignage de veuves qui tentent de se reconstruire.
Guerre en Ukraine : la vie d’après des veuves de soldats ukrainiens Plusieurs dizaines de milliers d’Ukrainiens seraient morts durant les combats. Les équipes de France 2 ont recueilli le témoignage de veuves qui tentent de se reconstruire. (France 2)
Article rédigé par France 2 - S.Perez, S.Guillemot, B.Bervas, D.Padalka, A.Makrushyn
France Télévisions
France 2
Plusieurs dizaines de milliers d’Ukrainiens seraient morts durant les combats. Les équipes de France 2 ont recueilli le témoignage de veuves qui tentent de se reconstruire.

À l’ouest de l’Ukraine se trouve le massif des Carpates, et ses villages reculés. Maria y a grandi, élevé ses neuf enfants, et inhumé son époux. Engagé volontaire, il a été tué dans le Donbass il y a un mois. "Avec neuf enfants, il avait le droit de rester chez lui, mais il disait que c’était son devoir. Je suis fier de lui", s’émeut-elle. Le chagrin de Maria et de ses enfants a ému le pays, en quête d’héros et de symboles forts. Après la diffusion des images de ses obsèques à la télévision, la famille a reçu de nombreux dons. Il faudra un an à Maria pour obtenir sa pension de guerre. 

S'engager à leur tour

Elle n’a désormais plus qu’une obsession : gagner avant que ses fils soient en âge de combattre. "Si je survis, c’est grâce à mes enfants", poursuit-elle. D'ouest en est, les photos des milliers de soldats tombés au front peuplent les villes. Un petit garçon pris en vidéo va embrasser le visage de son père. Il est mort à Marioupol l’an dernier, et la famille n’a jamais pu récupérer le corps. "Je vis au jour le jour, j’avais des plans pour une famille à trois, pas à deux", avance son épouse. Les veuves essayent avant tout de ne pas sombrer, parfois en s’engageant à leur tour.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.