Guerre en Ukraine : Bruxelles demande 50 milliards d'euros aux États membres de l'Union européenne

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a également demandé une augmentation du budget de 15 milliards pour la gestion de la migration.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors d'une conférence de presse, le 20 juin 2023, à Bruxelles. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

"Nous sommes dans un monde complètement différent de celui de 2020." La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a demandé aux Etats membres, mardi 20 juin, de rallonger de 50 milliards d'euros le budget multi-annuel de l'UE, négocié en 2020, afin d'aider l'Ukraine jusqu'en 2027. Pour être effective, cette rallonge au budget 2021-2027 devra être approuvée à l'unanimité par les Vingt-Sept et recevoir l'aval du Parlement européen.

"Nous proposons une réserve financière pour les quatre prochaines années de 50 milliards d'euros. Cela inclut à la fois des prêts et des subventions", a déclaré Ursula von der Leyen, lors d'un point-presse. Cette réserve permettra de donner une "perspective" aux Ukrainiens et "nous permettra de vraiment calibrer notre soutien financier en fonction de l'évolution de la situation sur le terrain, car nous savons tous qu'une guerre exige de nous la plus grande flexibilité", avance la présidente de l'exécutif européen.

Lors de sa prise de parole, Ursula von der Leyen a aussi proposé une augmentation du budget de l'Union européenne de 15 milliards d'euros pour la gestion de la migration. Ces fonds seront destinés à aider les Etats membres à "renforcer le contrôle de notre frontière extérieure" et à la coopération avec les pays tiers, a-t-elle détaillé. Dix milliards d'euros supplémentaires ont également été demandés par la présidente de la Commission pour renforcer "la résilience et la compétitivité" de l'économie européenne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.