Cet article date de plus d'un an.

Dordogne : le suppléant d'un député RN perturbe un rassemblement de réfugiés ukrainiens, enquête ouverte pour provocation à la haine raciale

Lucas Broucq n'a pas été placé en garde à vue. Une enquête a également été ouverte après des dégradations sur son véhicule. 

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des manifestants brandissent des drapeaux de l'Ukraine lors d'un rassemblement de soutien à Paris, le 24 février 2022. (ANNA MARGUERITAT / HANS LUCAS / AFP)

Le suppléant du député Rassemblement national de Dordogne Serge Muller a perturbé le rassemblement de familles ukrainiennes qui célébraient la fête nationale de leur pays, mercredi 24 août à Bergerac, indique France Bleu Périgord. Lucas Broucq a notamment exhibé un drapeau ressemblant à celui d'une des républiques séparatistes pro-russes de l'Est de l'Ukraine.

Le parquet de Bergerac a ouvert une enquête pour provocation à la haine ou à la violence. Aucune plainte n'a pour l'instant été déposée contre le suppléant, a précisé le vice-procureur à France Bleu Périgord.

La scène a surpris tous les Ukrainiens rassemblés pour cette fête de l'indépendance ukrainienne. Alors qu'une soixantaine de personnes s'étaient retrouvées devant le palais de justice de Bergerac ce mercredi matin, une voiture a commencé à tourner autour du rond-point devant eux. À son bord, Lucas Broucq, suppléant du député RN Serge Muller, qui a exhibé un drapeau et invectivé les manifestants, dont certains se sont rapprochés du véhicule pour enlever le drapeau et casser une vitre.

Soutien affiché au régime russe

"On peut tous commettre une erreur", réagit sur France Bleu Périgord le député RN Serge Muller qui "condamne" et "ne soutient pas" les agissements de son suppléant. "C'est assez maladroit de sa part dans un moment aussi solennel pour les Ukrainiens", estime-t-il. "Il reste malgré tout le jeune homme plein d'envies et d'idées pour notre mouvement."

Sur sa page Facebook, Lucas Broucq affiche régulièrement son soutien au régime russe avec des émoticones du drapeau russe ajouté sur des photos, en compagnie notamment du président par intérim du Rassemblement national Jordan Bardella. Le 28 février dernier, quelques jours après le début de la guerre, il postait une photo d'un défilé militaire russe sur la place rouge de Moscou.

Le jeune homme, âgé de 20 ans, n'a pas été placé en garde à vue. Il a été entendu en audition libre ce mercredi midi au commissariat de Bergerac en tant que mis en cause mais aussi en tant que victime puisqu'une enquête est également ouverte concernant les dégradations sur son véhicule. Le suppléant a porté plainte pour ces dégradations et personne n'a été interpellé, précise France Bleu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.