Guerre en Ukraine : un navire russe soupçonné de transporter des céréales ukrainiennes volées est contrôlé par la Turquie

Le "Zhibek Zholy" est actuellement dans la rade du port de Karasu, en raison d'un contrôle mené par les autorités turques. Kiev accuse l'armateur de transporter des céréales volées sur son territoire. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le navire "Zhibek Zholy", dans le district turc de Karasu, le 6 juillet 2022.  (IBRAHIM YOZOGLU / ANADOLU AGENCY / AFP)

Pour la première fois, la diplomatie russe a reconnu que des contrôles turcs étaient en cours sur un cargo battant pavillon russe, mercredi 6 juillet. Le Zhibek Zholy "est actuellement dans la rade du port de Karasu", sur la mer Noire, a précisé un porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Alexeï Zaïtsev. "Des procédures standards sont en cours, y compris un contrôle sanitaire", a-t-il ajouté lors d'un point-presse. "A l'issue de celles-ci, les autorités turques autoriseront ou refuseront l'entrée dans le port, il n'est pas question de retenir ou d'arrêter le cargo."

L'Ukraine, qui accuse la Russie de voler ses récoltes de blé, affirme que le Zhibek Zholy, est parti jeudi du port ukrainien de Berdiansk – ville de la région de Zaporijia sous occupation russe –, chargé de 7 000 tonnes de céréales obtenues illégalement. Le lendemain, l'ambassade d'Ukraine à Ankara avait demandé à la Turquie d'arrêter le navire russe.

Malgré la pression ukrainienne, la Turquie, membre de l'Otan, reste muette sur ses intentions. La Turquie est considérée comme une alliée de l'Ukraine à laquelle elle fournit des drones de combat, mais elle veille à garder une position neutre envers la Russie, dont elle dépend pour ses approvisionnements en gaz notamment.

Kiev demande des contrôles sur plusieurs navires

Le bureau du procureur général d'Ukraine, par ailleurs, a demandé aux autorités turques de contrôler trois navires battant pavillon russe, qui pourraient transporter du grain depuis les territoires ukrainiens occupés, rapporte l'agence Reuters (en anglais). Le Mikhaïl Nenashev, le Matros Pozynich et le Matros Koshka auraient voyagé en avril et en mai depuis le terminal de Sébastopol, en Crimée annexée, selon la lettre datée du 13 juin.

Entre février et mai, au moins 10 bateaux avaient exporté des céréales (en majorité du blé, parfois de l'orge ou du maïs) via le port de Sébastopol en Crimée annexée, selon un décompte du projet d'investigation ukrainien SeaKrime (en ukrainien) et des Révélateurs de France Télévisions. Plusieurs experts, cités par CNN, estiment qu'il pourrait s'agir de céréales pillées dans les zones nouvellement envahies par les forces russes, dans le sud de l'Ukraine. Le ministère ukrainien de l'Agriculture estime que Moscou a déjà exporté illégalement environ 400 000 tonnes de céréales ukrainiennes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.