Cet article date de plus de dix ans.

Le président du Bayern Munich, Uli Höness, reconnaît avoir un compte en Suisse

Uli Höness, dont le club joue mardi en Ligue des champions, "se prononcera publiquement sur cette affaire dans quelques semaines".

Article rédigé par franceinfo avec Reuters
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le président du Bayern Münich, Uli Höness, le 18 novembre 2011. (CHRISTOF STACHE / AFP)

"Je vais laisser passer quelques semaines avant de me prononcer sur cette affaire." Le président du Bayern Munich, Uli Höness, refuse pour le moment de commenter les accusations de fraude fiscale portées contre lui mais assure, lundi 22 avril, qu'il se défendra le moment venu. A la veille de la demi-finale aller de la Ligue des champions entre son club et le FC Barcelone, Uli Höness affirme au quotidien munichois Merkur Online qu'il y a eu un "emballement médiatique" à propos de l'existence d'un compte en Suisse à son nom, un délit qu'il a reconnu publiquement samedi.

"J'utiliserai tous les outils juridiques auxquels j'ai droit pour me défendre contre ce que je considère comme un emballement médiatique, avec des excès. Cela va leur coûter très cher", poursuit-il. Le bureau du procureur de Munich a dit ce week-end qu'une enquête était en cours, mais peu de détails ont filtré, notamment sur les sommes qui auraient échappé au fisc. En Allemagne, les personnes reconnues coupables de fraude fiscale peuvent, dans certains cas, bénéficier de la clémence des magistrats et d'amendes réduites à condition de se dénoncer.

Angela Merkel "déçue"

Lundi, Angela Merkel s'est dit "déçue" par Uli Höness. "Beaucoup de gens en Allemagne sont déçus par Uli Höness, la chancelière fait partie de ceux-là", a commenté un porte-parole de la dirigeante, lors d'un point presse. Figure importante de la vie publique allemande, toujours prompt à donner son avis sur nombre de sujets, Uli Höness n'a jamais caché sa sympathie pour la parti conservateur de la chancelière.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.