Cet article date de plus d'onze ans.

Le Portugal a levé plus d'un milliard d'euros de dette à court terme et se dit "en mesure d'assurer ses engagements"

L'opération s'est faîte mercredi lors d'une émission marquée par des taux records et une demande soutenue, alors que de nombreux investisseurs redoutent une rupture de financement du pays avant d'importantes échéances de dette prévues d'ici mi-juin.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La notation souveraine du Portugal avait été une nouvelle fois dégradée mardi par l'agence Moody's. (AFP)

L'opération s'est faîte mercredi lors d'une émission marquée par des taux records et une demande soutenue, alors que de nombreux investisseurs redoutent une rupture de financement du pays avant d'importantes échéances de dette prévues d'ici mi-juin.

Au total, le Portugal a réussi à placer 1,005 milliard d'euros en bons du trésor à six et douze mois, soit légèrement plus que le montant indicatif prévu (entre 750 millions et un milliard), a annoncé l'Institut de Gestion du Crédit public (IGCP).

Des taux très élevés
Le taux d'intérêt exigé par les investisseurs pour l'émission de 455 millions d'euros à 12 mois s'est fixé à 5,902%, soit nettement au dessus des 4,331% obtenus lors de la dernière opération similaire le 16 mars.

Ce taux est toutefois en-deçà des prévisions des analystes, qui tablaient sur une fourchette située entre 6 et 6,25% en raison des nouvelles tensions enregistrées ces derniers jours sur les marchés obligataires, où les taux portugais évoluent à des niveaux records.

Le Portugal est parvenu une fois de plus à émettre de la dette, mais les taux sont prohibitifs", a réagi Filipe Silva, stratégiste obligataire à la Banco Carregosa. Par ailleurs, il souligne que l'opération "n'est pas entièrement le résultat du jeu du marché", "la demande ayant été biaisée".

Mercredi, la presse économique portugaise affirmait que le Fonds de la sécurité sociale s'était défait ces derniers jours d'actifs étrangers afin de pouvoir participer à cette émission. "L'habituel investisseur en dette publique est certainement hors jeu pour longtemps et le Fonds de la sécurité sociale pourrait être un candidat probable", a également déclaré à l'AFP David Schnautz de la Commerzbank.

Pressions intérieures et extérieures
Tullia Bucco, analyste chez UniCredit, relève par ailleurs que "la pression sur le Portugal monte aux plans intérieur et extérieur pour une demande d'aide", après que les principales banques portugaises eurent annoncé qu'elles n'achèteraient plus de dette publique afin d'éviter une "surexposition".

Mardi, la notation souveraine du Portugal avait été une nouvelle fois dégradée par l'agence Moody's, comme l'avaient déjà fait la semaine dernière Fitch et Standard and Poor's (SP). Pour Fitch comme pour SP, la dette portugaise à long terme est désormais notée "BBB-", dernier palier avant la catégorie "spéculative", tandis que Moody's reste deux crans au dessus.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.