Le milliardaire, âgé de 77 ans, veut "prendre sa retraite et passer plus de temps avec ses enfants et grands-enfants"

La vente a été annoncée samedi par la banque Lazard International, agissant pour le compte de Mohamed Al-Fayed qui détenait Harrods depuis 25 ans, sans préciser le montant de la transaction.Le célèbre temple londonien du luxe a été vendu à Qatar Holding, représentant les intérêts de l'émir du Qatar.

Mohamed Al-Fayed le 17 juin 2009 à Londres
Mohamed Al-Fayed le 17 juin 2009 à Londres (AFP / Ben Stansall)

La vente a été annoncée samedi par la banque Lazard International, agissant pour le compte de Mohamed Al-Fayed qui détenait Harrods depuis 25 ans, sans préciser le montant de la transaction.

Le célèbre temple londonien du luxe a été vendu à Qatar Holding, représentant les intérêts de l'émir du Qatar.

Selon la BBC et la chaîne d'informations Sky News, la cession a été conclue pour 1,5 milliard de livres (1,7 milliard d'euros). Qatar Holding (QH), société d'investissements agissant au nom du gouvernement du Qatar, "a été choisi spécifiquement pour sa vision et ses capacités financières à soutenir la croissance à long terme de Harrods", a expliqué Lazard International. "Il est d'une importance cruciale pour Mohamed Al-Fayed de faire en sorte que le personnel de Harrods trouve en QH un propriétaire qui puisse soutenir ses efforts pour maintenir les traditions de Harrods", ajoute le communiqué de la banque.

Mohamed Al-Fayed, par ailleurs propriétaire du club de football anglais de Fulham, avait acquis le prestigieux magasin Harrods en 1985 pour 615 millions de livres (714 millions d'euros). Le milliardaire égyptien, qui a demandé en vain la nationalité britannique, a profondément transformé l'immense magasin.

Les détracteurs du Harrods de l'ère Al-Fayed accusent l'homme d'affaires d'avoir transformé ce temple du chic à l'anglaise en bazar oriental du "bling-bling", en faisant allusion à certaines ornementations intérieures (statues de pharaon dorées, copies de bas reliefs des tombeaux du Nil, lampes en forme de fleur de papyrus).

En hommage à son fils Dodi et sa compagne la princesse Diana, tous deux tués dans un accident de voiture à Paris le 31 août 1997, le milliardaire a fait installer deux mémoriaux surchargés de marbres, avec bougies, photos du couple en médaillons et verre à vin marqué du rouge à lèvres de "Lady Di". Pendant dix ans, Mohamed Al-Fayed s'est battu pour tenter de prouver que le couple avait été tué dans un complot ourdi par le prince Philip, époux de la reine Elizabeth.