Cet article date de plus d'onze ans.

Le 24 décembre 1979, la fusée Ariane prenait son premier envol depuis la base de Kourou, en Guyane française

Vrai succès commercial malgré des concurrents moins chers, comme les fusées chinoises, Ariane a donné en 30 ans à l'Europe son autonomie d'accès à l'espace.En 193 lancements, Ariane a placé en orbite 238 satellites de télécommunications (sur 277 au total), dont beaucoup en double lancement, la fusée pouvant emporter deux satellites à la fois.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le décollage de la fusée Ariane V du centre de Kourou, en Guyane (archives). (France 2 (12-3-2007))

Vrai succès commercial malgré des concurrents moins chers, comme les fusées chinoises, Ariane a donné en 30 ans à l'Europe son autonomie d'accès à l'espace.

En 193 lancements, Ariane a placé en orbite 238 satellites de télécommunications (sur 277 au total), dont beaucoup en double lancement, la fusée pouvant emporter deux satellites à la fois.

C'est le 24 décembre 1979 que le premier vol d'essai du programme Ariane a eu lieu après une première tentative infructueuse neuf jours plus tôt.

Démarré en 1973 après un refus américain de lancer des satellites européens à visée commerciale, le programme Ariane a tiré les leçons des échecs à répétition de son prédécesseur Europa en se dotant d'une maîtrise d'ouvrage, confiée au Centre national d'études spatiales français.

A côté des lancements institutionnels de satellites scientifiques ou militaires, les lancements commerciaux ont pris de l'importance avec Ariane IV, dont le programme a été décidé au niveau européen en 1982.

Pour le gros lanceur Ariane V, "les dates clés sont 1984, lorsque la France a commencé à réfléchir à un avant-projet, 1987, quand l'Europe a décidé ce projet, 1996 avec le premier vol", selon Jean-Yves Le Gall, le Pdg d'Arianespace. La possibilité, très coûteuse, de permettre à ce lanceur d'envoyer des astronautes dans l'espace, a été abandonnée dans les années 90.

Après un premier échec en 1996 et un autre lors du premier tir de la version lourde ECA en 2002, Ariane 5 s'est affirmée avec 35 tirs réussis d'affilée à ce jour.

Arianespace s'est spécialisée dans l'organisation des lancements et les services aux opérateurs de satellites, tandis qu'Astrium, la filiale espace du groupe européen d'aéronautique et de défense EADS, assure la maîtrise d'oeuvre pour la construction du lanceur.

Ariane V demeurera le lanceur unique pour les gros satellites dans les 10 à 15 ans qui viennent, en attendant un futur Ariane VI. En Guyane, les capacités européennes seront complétées pour les charges plus légères par le lanceur russe Soyouz dont le pas de tir est en cours d'achèvement, ainsi que par le lanceur de conception italienne Vega pour les satellites les plus petits.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.