VIDEO. A Londres, des centaines de milliers de manifestants réclament un second référendum sur le Brexit

Ce rassemblement risque peu de convaincre la Première ministre Theresa May, fermement opposée à cette idée. 

Des manifestants à Londres, le 20 octobre 2018.
Des manifestants à Londres, le 20 octobre 2018. (NIKLAS HALLE'N / AFP)

"Nous voulons rester européens." Un demi-million de personnes, selon les organisateurs, ont manifesté, samedi 20 octobre, à Londres, pour réclamer un référendum sur l'accord final sur le Brexit. Le texte est encore en négociations entre Londres et Bruxelles, à cinq mois du retrait de Royaume-Uni de l'Union européenneInterrogée par l'AFP, la police britannique n'a pas communiqué de chiffre de son côté.

Sous un doux soleil automnal, le cortège de manifestants, venus des quatre coins du pays et amenés par plus de 150 cars, a commencé à parcourir le centre de la capitale britannique à la mi-journée, en direction du Parlement. Parmi eux figurent notamment de nombreux citoyens européens non-britanniques, représentés notamment par "The3Million", un groupe de pression défendant les intérêts des quelque 3,7 millions d'Européens installés au Royaume-Uni.

Plus de 100 000 personnes en juin

Lors du dernier défilé de ce genre, en juin, environ 100 000 personnes s'étaient rassemblées et les organisateurs espèrent bien dépasser ce nombre, avec la manifestation "la plus grande" et la plus "bruyante" jamais organisée en faveur d'un tel scrutin. Les organisateurs estiment que les Britanniques, qui se sont prononcés à 52% en faveur de la sortie de l'UE lors du référendum du 23 juin 2016, auraient voté différemment s'ils avaient eu conscience des réels enjeux du Brexit.

"Je pense que les gens ont été trompés de plusieurs manières", estime l'entrepreneur Peter Hancock, interrogé par l'AFP alors qu'il noue un drapeau européen autour du cou de son grand chien de berger George. "Nous voulons rester européens, ajoute sa femme Julie, en fauteuil roulant. Nous ne voyons pas du tout les bénéfices d'un retrait."

"Il n'y aura pas de second référendum"

Mais ce rassemblement risque peu de convaincre la Première ministre, Theresa May, fermement opposée à cette idée. "Il n'y aura pas de second référendum. Les gens ont voté", a déclaré la cheffe de gouvernement britannique mercredi, déterminée à "mettre en œuvre" le résultat de ce vote.

L'idée d'un nouveau référendum a gagné en popularité ces derniers mois au Royaume-Uni et des personnalités politiques de tous bords la soutiennent, comme l'ancien Premier ministre travailliste Tony Blair.