Cet article date de plus d'onze ans.

L'envoi des colis piégés adressés notamment à des dirigeants étrangers a été revendiqué par un groupe anarchiste grec

Deux membres présumés du groupe, arrêtés à Athènes et placés en détention provisoire début novembre après l'affaire, ont revendiqué mardi l'envoi de colis piégés "adressés à Nicolas Sarkozy, au TPI et aux ambassades de Belgique et du Mexique à Athènes".La revendication a été publiée sur le site alternatif Indymedia.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Policiers grecs arrivant à l'ambassade suisse à Athènes après une alerte à la bombe, le 2/11/10 (AFP/Angelos Tzortzinis)

Deux membres présumés du groupe, arrêtés à Athènes et placés en détention provisoire début novembre après l'affaire, ont revendiqué mardi l'envoi de colis piégés "adressés à Nicolas Sarkozy, au TPI et aux ambassades de Belgique et du Mexique à Athènes".

La revendication a été publiée sur le site alternatif Indymedia.

Au total, quatorze colis piégés, contenant des livres ou des dossiers évidés apparemment remplis de poudre explosive, ont été expédiés de Grèce, notamment aux dirigeants allemand Angela Merkel et italien Silvio Berlusconi ainsi qu'à d'autres institutions et ambassades européennes au cours de la première semaine de novembre.

Nous sommes fiers de notre action (...), même dans les conditions difficiles de notre emprisonnement, nous n'allons pas nous arrêter de rendre publiques nos positions en faveur de la violence armée et de la révolution", ont indiqué mardi Panayotis Argyriou, 22 ans, étudiant en chimie, et Gérassimos Tsakalos, 24 ans, qui cosignent cette lettre.

Treize membres présumés du groupe extrémiste grec Conspiration des Cellules de feu sont accusés d'appartenance à ce groupe considéré comme "terroriste" par les autorités grecques. Leur procès est prévu pour le 17 janvier 2011.

Les premières actions du groupe, en 2008, ont été des attentats à l'engin incendiaires contre des personnalités ou des institutions politique ou économiques. Il n'y a pas eu de victimes.

Alors qu'à cette époque, le groupe utilisait des petits engins formés de cartouches de gaz puis des engins à retardement composés d'un d'explosif à base de dynamiste, les récents colis piègés contenaient des livres évidés remplis de poudre explosive.

Après cette affaire, une réunion a eu lieu à Bruxelles entre des experts en sécurité aérienne européens et américains pour identifier les failles du contrôle du fret et de la poste par avion dans l'UE.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.