Cet article date de plus de dix ans.

Grèce : deux tués par balle devant un local du parti néonazi

Deux jeunes hommes ont été tués et un autre a été grièvement blessé vendredi soir. Ils se trouvaient devant un local du parti néonazi Aube dorée, dans la banlieue ouest d'Athènes, lorsque deux inconnus ont ouvert le feu.
Article rédigé par Matthieu Mondoloni
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (John Kolesidis Reuters)

La fusillade s'est déroulée devant un local du parti d'extrême-droite Aube dorée à Athènes. Deux inconnus ont garé leur moto à proximité des lieux avant se diriger à pied vers leurs victimes et de tirer sur elles à une distance de moins d'un mètre, touchant trois personnes, selon les premiers éléments de l'enquête. Ils ont ensuite pris la fuite sur cette même moto. Deux ont été tuées par balle, la troisième a été grièvement blessée.

Selon un communiqué publié sur le site du parti Aube dorée, les deux jeunes gens étaient âgées de 20 et 23 ans. Certains médias locaux ont, eux, affirmé que les deux jeunes étaient membres du parti néonazi. Une réunion était prévue dans la soirée dans ce local, situé sur l'avenue centrale de la banlieue athénienne de Néo Iraklio.

Des policiers du service de lutte antiterroriste ont été dépêchés sur les lieux de l'incident et ont bouclé le quartier. Les deux jeunes hommes tués ont reçu trois balles chacun, dans la tête et le thorax. L'un d'eux est mort sur le coup tandis que le second a succombé à ses blessures après avoir été hospitalisé, a-t-on appris auprès du ministère de la Santé. La personne blessée a aussitôt été hospitalisée et doit être opérée, a dit la même source. 

Aube dorée estime que le gouvernement est responsable

Le ministre grec de l'Ordre public Nikos Dendias a exprimé "sa douleur pour la mort des deux jeunes hommes ". "On ne va pas laisser le pays devenir un terrain de règlements de comptes ", a-t-il souligné. De son côté, le porte-parole du gouvernement, Simos Kédikoglou, affirme que "les assassins seront punis d'une façon implacable ".

Dans son communiqué, Aube dorée écrit que "cette attaque contre deux jeunes était aveugle " et dénonce le fait que "le gouvernement a refusé d'octroyer une protection policière au parti malgré les menaces " pesant sur certains de ses membres. "Ce crime est imputable au gouvernement antigrec de (Antonis) Samaras, qui a laissé des terroristes incontrôlables assassiner des jeunes gens de sang froid ", peut-on lire sur le site du parti.

A LIRE AUSSI ►►►Grèce : quatre députés du parti néonazi Aube dorée inculpés

L'incident intervient quelques semaines après l'inculpation de six députés d'Aube dorée de participation à "une organisation criminelle " dans le cadre d'une offensive contre ce parti déclenchée après la mort d'un musicien antifasciste, âgé de 35 ans, tué par un de ses membres. Trois des inculpés, dont le chef et fondateur du parti Nikos Michaloliakos, ont été placés en détention provisoire dans la prison de haute sécurité de Korydallos, près d'Athènes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.