Cet article date de plus de sept ans.

Royaume-Uni : ce que l'on sait de l'arrestation de 660 personnes dans une opération antipédophilie

Cette opération "avait pour objectif de cibler les personnes consultant des images indécentes d'enfants sur internet".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les policiers britanniques ont perquisitionné 833 adresses et examiné 9 172 ordinateurs, téléphones et disques durs. (SUZANNE PLUNKETT / REUTERS)

Quelque 660 personnes soupçonnées de pédophilie ont été arrêtées au Royaume-Uni, annonce l'Agence nationale contre le crime (NCA), mercredi 16 juillet. Ces interpellations couronnent six mois d'enquête, qui ont permis de protéger plusieurs centaines d'enfants, selon les autorités. Explications.

Qui est visé par le coup de filet ?

Des médecins, des responsables scouts, des travailleurs sociaux, d'anciens policiers... Les enquêteurs ont, par exemple, retrouvé des photos à caractère pédophile sur l'ordinateur d'un médecin, accusé d'avoir rencontré des garçons, rapporte le Guardian (en anglais). Un parent d'accueil visé par l'enquête s'occupait d'un enfant vulnérable, au moment de son arrestation. Dans un autre cas, le suspect a avoué regarder des images pédophiles depuis une trentaine d'années, et avoir pratiqué le tourisme sexuel au Vietnam, au Cambodge et en Thaïlande.

Parmi les 660 personnes arrêtées, 39 étaient déjà connues des services de police. Dans la plupart des cas, les interpellations n'ont pas encore donné lieu à des inculpations, en raison de la poursuite des investigations. Malgré de récents soupçons, la NCA précise qu'aucun membre ou ancien membre du Parlement ou du gouvernement n'est concerné.

Quel est le terrain de prédilection des suspects ?

Cette opération "avait pour objectif de cibler les personnes consultant des images indécentes d'enfants sur internet", explique Phil Gormley, le directeur adjoint de la NCA. Les enquêteurs se sont concentrés sur le "dark web", ces pages internet qui échappent aux moteurs de recherche. "Certaines personnes commencent par consulter des images indécentes d'enfants en ligne puis les agressent sexuellement. (...) Le but de cette enquête était aussi de cibler des agresseurs sexuels potentiels."

Pourquoi une telle enquête est-elle inédite ?

C'est un coup de filet inédit par son ampleur. "C'est la première fois que le Royaume-Uni coordonne une telle opération, résume Phil Gormley. Pendant les six derniers mois, nous avons obtenu un niveau de coopération inédit pour obtenir de tels résultats." Au total, 45 équipes de police ont participé à l'enquête dans tout le pays, perquisitionnant 833 adresses et examinant 9 172 ordinateurs, téléphones et disques durs.

Ces efforts auraient permis de "protéger plus de 400 enfants". Pour autant, certains spécialistes de la protection de l'enfance estiment que les personnes arrêtées ne sont que "la partie émergée de l'iceberg", rapporte la BBC (en anglais).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.