Cet article date de plus de huit ans.

Égypte : l'ONU appelle à la "retenue", l'UE envisage des sanctions

Face à la répression de l'armée contre les partisans de Mohamed Morsi, le Conseil de sécurité des Nations Unies s'est réuni jeudi soir à New York. Aucune décision n'en est sortie, seule une déclaration appelant à faire "preuve d'un maximum de retenue". L'Union européenne, de son côté, envisage de revoir à la baisse son aide financière à l'Égypte.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Amr Dalsh Reuters)

L'Égypte s'apprête à vivre ce vendredi, jour de grande prière, une nouvelle journée sous tension, après de nouvelles violences jeudi. Les partisans de Mohamed Morsi appellent à de grandes manifestations, pour dénoncer la répression de l'armée qui s'exerce depuis mercredi dernier. Ce seul jour, les violences ont fait officiellement plus de 620 morts dans le pays.

La réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies a eu lieu jeudi soir - dans la nuit de jeudi à vendredi, heure française. Elle n'a pas débouché sur de grandes déclarations ni, surtout, de décision contraignante, quelques heures après la déclaration de Barack Obama condamnant la violence du gouvernement.

À l'issue de la réunion des quinze pays membres de l'instance, la présidente argentine du Conseil a déclaré : "L'opinion des membres du Conseil est qu'il est important de mettre fin à la violence en Égypte et que les parties fassent preuve d'un maximum de retenue ". Mais attention, il ne s'agit pas d'une "déclaration officielle " mais seulement de "commentaires ".

L'essentiel pour le Conseil de sécurité était en fait de réagir rapidement aux événements survenus en Égypte, et la répression des manifestations pro-Morsi par l'armée au pouvoir, pour ne pas avoir à négocier un texte officiel, qui promettait d'âpres discussions en interne.

L'UE pourrait sévir... financièrement

De son côté, l'Union européenne a réagi à la situation dès jeudi, au lendemain de l'assaut donné par les forces de sécurité égyptiennes contre les deux camps pro-Morsi au Caire. Même exhortation, très diplomatique, que l'ONU : "Procéder avec la plus grande retenue "...

"Il y aura une pression, des appels très insistants du côté de l'UE pour que cet accord politique arrive le plus tôt possible" (Bernardino Leon, représentant spécial UE sud-Méditerranée)

Cependant, les Vingt-Huit pourraient prendre dans les prochains jours une décision plus concrète. Selon Bernardino Leon, représentant spécial de l'UE pour le sud de la Méditerranée, l'aide accordée à l'Égypte pourrait être revue à la baisse. Au micro de Joana Hostein, il revient également sur la médiation que l'UE a tentée dans le pays, avant la crise.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.