Cet article date de plus de six ans.

Deux inculpations après la mort d'un clandestin dans un conteneur

Deux Nord-Irlandais ont été inculpés pour avoir aide à l'immigration illégale. Il y a une semaine, 35 Afghans avaient été découverts dans un conteneur, l'un d'entre eux était décédé.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Les 35 clandestins avaient été découverts dans un conteneur au port de Tilbury, en Angleterre © MAXPPP)

 Deux conducteurs de poids lourds originaires d'Irlande du Nord ont été inculpés en Angleterre pour aide à l'immigration illégale. Une enquête avait été ouverte samedi dernier après la découverte de 35 clandestins afghans, dont un décédé, dans le conteneur d'un bateau, a indiqué la police britannique.

Stephen Mc Laughlin et Timothy Murphy, âgés de 34 et 33 ans, ont été entendus séparément dans la matinée devant le tribunal de Chelsmford, en Essex. Ils sont maintenus en détention jusqu'à leur prochaine audience, en novembre.

En camion depuis Kaboul

Samedi dernier, alerté par des cris et des coups sur la paroi d'un conteneur, le personnel du port de Tilbury, dans l'est de l'Angleterre, avait découvert 34 Afghans déshydratés et en hypotermie. Parmi eux, treize enfants. Un 35e homme était déjà décédé. Âgé de 40 ans, celui-ci voyageait avec sa femme et ses deux fils. L'autopsie n'a pas permis de déterminer les causes exactes de son décès, a précisé la police.

Originaires de Kaboul et membres de 15 familles différentes, les clandestins avaient voyagé jusqu'en Belgique dans un camion et s'étaient ensuite entassés dans ce conteneur, dont la structure métallique avait été modifiée pour permettre leur voyage, et y auraient passé 18 heures. D'abord admis à l'hôpital, les clandestins survivants ont notamment été pris en charge par la communauté Sikh de la région de Tilbury.

En 2000, 58 Chinois étaient morts asphyxiés dans le conteneur scellé d'un camion frigorifique qui était arrivé au port de Douvres, dans le sud de l'Angleterre, après un passage par la Belgique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.