Cet article date de plus de neuf ans.

Danemark : "Les balles sifflaient, nous avons pensé que c’était notre tour"

Interrogé par France Info, après les fusillades meurtrières à Copenhague, l’ambassadeur de France au Danemark, François Zimeray, a estimé que "sans la sécurité" déployée, "il ne serait plus en vie".
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (L'ambassadeur de France au Danemark, François Zimeray, s'exprime au lendemain de la fusillade de Copenhague et quelques heures après des tirs près d'une synagogue © MaxPPP)

L’ambassadeur de France au Danemark était présent samedi dans le centre culturel visé par des tirs. Le diplomate, François Zimeray, assistait à une conférence sur l’art, l’islam et le blasphème. Il n'a pas pas eu "le sentiment " d’avoir pris des risques.

"Non, je n’ai pas ce sentiment. Le sujet a été évoqué, mais précisément parce qu’une sécurité était prévue, sans laquelle d’ailleurs je ne serais pas en vie aujourd’hui."

L'ambassadeur reconnait qu'il a pensé aux évènements tragiques à Paris, il y a un peu plus d'un mois. 

"Dans cette salle au moment où les balles sifflaient, nous avons pensé que c’était notre tour aussi" : François Zimeray, ambassadeur de France au Danemark

"Un pays ami et allié"

L’ambassadeur de France au Danemark a par ailleurs souligné l’importance à ses yeux du déplacement du ministre de l’Intérieur ce dimanche à Copenhague. "Comme l’a dit Laurent Fabius " a-t-il déclaré, "le Danemark est confronté à des défis qui nous sont communs ".

"Sur le front de la liberté d’expression, c’est un pays que les mots engagent et sur le front des valeurs, ce n’est pas seulement un pays qui se bat dans les colloques et avec des mots. C’est aussi un pays qui est avec nous sur les fronts militaires, avec nous au Mali, en Irak, qui était avec nous en Afghanistan. C’est un pays allié et ami." 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.