Vidéo Crise au Kosovo : Emmanuel Macron dénonce "la responsabilité des autorités kosovares"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
macron kosovo
Emmanuel Macron : "Il y a une responsabilité des autorités kosovares" macron kosovo (FRANCEINFO)
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Depuis quelques jours, la situation est très tendue dans la région, qui va de crise en crise depuis des années.

Une condamnation claire. Emmanuel Macron a dénoncé, mercredi 31 mai, "la responsabilité des autorités kosovares" dans l'aggravation de la situation au Kosovo après de violents heurts qui ont fait 30 blessés parmi les soldats de la force de l'Otan. "Très clairement, il y a une responsabilité des autorités kosovares dans la situation actuelle et un non-respect d'un accord qui était pourtant important et qui avait été scellé il y a juste quelques semaines", a déclaré le président français lors d'une conférence de presse à Bratislava, en Slovaquie.

Depuis quelques jours, la situation est très tendue dans la région, qui va de crise en crise depuis des années. De nombreux membres de la communauté serbe, majoritaire dans quatre villes du Nord, ne reconnaissent pas l'autorité de Pristina et sont fidèles à Belgrade.

"Une erreur de procéder à ces élections"

Les Serbes ont boycotté les municipales d'avril dans ces localités, ce qui a abouti à l'élection de maires albanais avec une participation de moins de 3,5%. Leur intronisation, la semaine du 22 mai, par le gouvernement kosovar a mis le feu aux poudres. "Nous avons très clairement signifié aux autorités kosovares que c'était une erreur de procéder à ces élections", a souligné Emmanuel Macron.

Le chef d'Etat français a reproché aux responsables kosovars de n'avoir pas respecté l'accord qui avait couronné un processus enclenché sous médiation européenne, avec implication particulière des négociateurs tchèques, du chancelier allemand Olaf Scholz, du Haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères Josep Borrell et de lui-même.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.