Cet article date de plus d'onze ans.

Etats-Unis: deux pilotes oublient d'atterrir

Un Airbus 320 de Nortwest Airlines a dépassé sa destination de 240 km en raison du bavardage des deux pilotes
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un Airbus 320 de Nortwest Airlines a dépassé sa destination de 240 km en raison du bavardage des deux pilotesUn Airbus 320 de Nortwest Airlines a dépassé sa destination de 240 km en raison du bavardage des deux pilotes

L'équipage était absorbé par "une discussion animée",a indiqué le bureau de la sécurité des transports.Une enquête du FBI est en cours ainsi qu'une autre ouverte par le Bureau de la sécurité des transports (NTSB).

Le pilote et le co-pilote seront interrogés lundi et le Bureau écoutera également l'enregistrement des conversations dans le cockpit.

Mercredi, la crainte d'un détournement a commencé à grandir lorsque les contrôleurs aériens n'ont pas pu établir le contact radio avec l'équipage de l'appareil qui transportait 147 passagers, selon le NTSB.

Quatre chassseurs ont alors été mis en alerte sans décoller, rapporte le quotidien Star-Tribune.

Le contact avec la tour de contrôle n'a été rétabli que lorsque le pilote et le co-pilote se sont aperçu de leur bévue. L'avion a alors effectué un demi-tour à 180 degrés pour revenir se poser sans encombre à Minneapolis.

Questions sur la vraie raison du ratage
Les pilotes "ont expliqué qu'ils étaient plongés dans une discussion animée sur l'avenir de leur compagnie et ils se sont laissés déconcentrer", indique le communiqué du NTSB.

Bill Voss, expert aérien de la "Flight Safety Foundation" a indiqué: "nous saurons vraiment ce qui s'est passé après que le NTSB aura parlé à l'équipage et écouté l'enregistrement", ajoutant être lui-même très sceptique quant à l'explication avancée.

"Une autre possibilité est naturellement la fatigue et ils ont pu s'endormir", a poursuivi Bill Voss, lui-même ancien pilote.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.