Référendum catalan : la pression de Madrid

Après les violences survenues dimanche 1er octobre dans le cadre du référendum sur l'indépendance de la Catalogne, le gouvernement central vient de proposer aux séparatistes de dissoudre le parlement catalan.

FRANCE 3

Toute la journée, ce vendredi 6 octobre, de grosses sociétés ont annoncé leur départ de Catalogne : Banco Sabadell, CaixaBank, Gas Natural. Des délocalisations express rendues possibles par un décret pris en quelques heures. D'importants sièges sociaux ont quitté la Catalogne dans la foulée. Dans le même temps, le gouvernement proposait au parlement catalan de se dissoudre et d'organiser de nouvelles élections.

La réunion du parlement décalée

Signe d'apaisement au milieu de la tourmente, les indépendantistes jugés pour sédition étaient relâchés sans poursuites. Interrogés sur l'offre du gouvernement, ils n'ont pas répondu, mais admis la nécessité de relancer le dialogue. Prévue lundi, la réunion du parlement catalan, au cours de laquelle l'indépendance devait être déclarée de manière unilatérale, a été décalée à mardi 10 octobre, sans ordre du jour déterminé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une manifestante réclamant l\'indépendance de la Catalogne, à Barcelone (Espagne), le 1er octobre 2017. 
Une manifestante réclamant l'indépendance de la Catalogne, à Barcelone (Espagne), le 1er octobre 2017.  (CITIZENSIDE/PABLO LASAOSA / CITIZENSIDE / AFP)