Vidéo L’entreprise Beyond the Sea développe le cargo à voile pour limiter la pollution

Publié
Durée de la vidéo : 4 min
Leur but : équiper des grands cargos de 400 mètres avec un système de voile pour tracter le navire et ainsi réduire la consommation de carburant et la pollution des eaux. Pour Brut, Yves Parlier, skipper, ingénieur et fondateur de Beyond the Sea Yves Parlier et son équipe expliquent cette technologie. -
VIDEO. L’entreprise Beyond the Sea développe le cargo à voile pour limiter la pollution Leur but : équiper des grands cargos de 400 mètres avec un système de voile pour tracter le navire et ainsi réduire la consommation de carburant et la pollution des eaux. Pour Brut, Yves Parlier, skipper, ingénieur et fondateur de Beyond the Sea Yves Parlier et son équipe expliquent cette technologie. - (Brut.)
Article rédigé par Brut.
France Télévisions
Leur but : équiper des grands cargos de 400 mètres avec un système de voile pour tracter le navire et ainsi réduire la consommation de carburant et la pollution des eaux. Pour Brut, Yves Parlier, skipper, ingénieur et fondateur de Beyond the Sea Yves Parlier et son équipe expliquent cette technologie.

Les bateaux de pêche, c'est 4 millions et demi de navires dans le monde, et la marine marchande, c'est 75 000. On parle des gros cargos, dont les plus gros font près de 400 mètres de long et consomment plus de 100 tonnes par jour de carburant. Si on arrivait à équiper tous les navires de marine marchande, on pourrait faire économiser quelque 200 millions de tonnes de CO2 émises. Ça correspond à l'émission d'environ 50 millions de Terriens.” Yves Parlier pose les bases. Alors qu'avec son entreprise Beyond the Sea, née de son expérience en tant que navigateur, il équipe déjà des bateaux de 5 à 25 mètres, il souhaite pousser sa technologie plus loin en regardant plus grand. 

Une solution concrète


En équipant ses grands bateaux d'un kite, l’entreprise pourrait faire économiser jusqu’à 20 % de carburant, selon Corto Yerlès, chef de projet. Un pourcentage qui n’est pas négligeable pour les transporteurs et la planète. Ces bénéfices pourraient être réels - ils le sont déjà sur de plus petits bateaux- grâce à une voile avec une mature rigide gonflée, qui permet de tracter la structure. “C'est un système de propulsion qu'on peut rajouter facilement, donc sur lequel il y a besoin de beaucoup moins d'infrastructures et qui est beaucoup moins encombrant quand on l'utilise pas, par rapport à un mât”, ajoute Alexis Mounard, champion de France de kitesurf et ingénieur d'essais. Cette technologie concrète pourrait être une piste pour commencer à “décarboniser les marines” selon Yves Parlier, bien que le chemin soit encore long.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.