Tallinn, la capitale européenne où les transports publics sont gratuits

Des transports en commun gratuits permettent-ils de réduire la pollution de l'air ? L'exemple de Tallinn apporte une réponse en demi-teinte.  

Voir la vidéo
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Elle est la seule capitale européenne à avoir tenté l'expérience. À la suite d'un référendum en 2013, la capitale de l'Estonie a rendu gratuits ses transports publics. Le premier objectif était social : faciliter les déplacements des personnes à faibles revenus. Mais la mesure était aussi destinée à "réduire le nombre de voitures dans les rues (...) pour améliorer l'environnement de la ville", comme l'expliquait Taavi Aas, alors adjoint au maire de Tallinn. 

Hausse de la fréquentation

Depuis, les 440 000 résidents peuvent utiliser les trams, bus et trolleybus sans payer, entrainant une hausse du nombre d'usagers de 14% en un an, selon une étude de l'Université de Delft. Mais la baisse du trafic automobile a été plus nuancée que prévue. "Dans le centre-ville, nous avons obtenu une légère baisse de 6%", affirme Allan Alaküla, le représentant de Tallinn à l'Union européenne. "Mais autour du centre-ville, nous avons observé une légère hausse du trafic."

22 villes en France

La gratuité sera étendue à toute l'Estonie à partir juillet 2018. En France, les transports sont gratuits dans vingt-deux villes de taille plus modeste. À Châteauroux, par exemple, le nombre de passagers a été multiplié par deux, selon Libération. Parmi les nouveaux usagers, la moitié sont d'anciens utilisateurs de voiture.

Tallinn, la capitale européenne où les transports publics sont gratuits
Tallinn, la capitale européenne où les transports publics sont gratuits (BRUT)