Nus pour protéger le vignoble

Plus de 700 volontaires ont posé nus samedi dans un vignoble bourguignon pour alerter sur le réchauffement climatique

713 volontaires posent nus dans un vignoble bourguignon pour dénoncer le réchauffement climatique le 03/10/2009
713 volontaires posent nus dans un vignoble bourguignon pour dénoncer le réchauffement climatique le 03/10/2009 (© France 2)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Plus de 700 volontaires ont posé nus samedi dans un vignoble bourguignon pour alerter sur le réchauffement climatiquePlus de 700 volontaires ont posé nus samedi dans un vignoble bourguignon pour alerter sur le réchauffement climatique

Ils ont posé devant le photographe américain Spencer Tunick, à l'appel de Greenpeace, pour alerter l'opinion sur les dangers du réchauffement climatique pour la viticulture.

"Ce que vous faites est à mi-chemin entre une oeuvre d'art et une mobilisation citoyenne, c'est vous qui écrivez l'Histoire", a lancé le directeur de Greenpeace France.

"Vous installerez un nouveau rapport de forces qui guidera le comportement de nos hommes politiques avant et après le Sommet de Copenhague" sur le climat en décembre, leur a-t-il Pascal Husting.

Pics de chaleur, grêle... Selon Greenpeace, le prestigieux vignoble bourguignon est particulièrement exposé. "Ici, on est face à l'aboutissement le plus absolu de la notion de cépage. Le sol et le climat sont très importants et les changements les plus infimes au niveau des températures feront des ravages car il n'y aura plus cette finesse du goût mondialement reconnue", a averti Pascal Husting.

"Pour que les personnes prennent conscience de l'urgence, il faut tirer des sonnettes d'alarme", explique pour sa part le propriétaire récoltant Fabio Montrasi, qui a accueilli l'opération dans son vignoble de Fuissé (Saône-et-Loire), dans le Mâconnais.

Marc, un viticulteur bio du Mâconnais est venu avec son épouse pour sensibiliser l'opinion sur le réchauffement climatique. "On se rend compte qu'on vendange de plus en plus tôt", relève ce quinquagénaire, qui produit du Mâcon blanc depuis 25 ans.