Marseille : le Parc national des Calanques réclame 450 000 euros à des braconniers pour préjudice écologique

Quatre braconniers ont été trainés en justice par le parc national des Calanques (Bouches-du-Rhône). Les pêcheurs ont pêché illégalement dans des eaux protégées. La somme de 450 000 euros leur est réclamée pour le préjudice écologique.

France 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

En juillet dernier, quatre hommes avaient été condamnés à 15 à 18 mois de prison avec sursis pour pêche illégale dans les eaux protégées du Parc national des Calanques à Marseille (Bouches-du-Rhône). Le massif réclame désormais aux braconniers de s’acquitter d’une amende de 450 000 euros pour préjudice écologique afin de pouvoir créer un précédent. "Cela serait une première judiciaire, cette décision fera certainement jurisprudence", confie Me Sébastien Mabile, avocat du parc national des Calanques. 

Quatre tonnes et demi de poissons pêchés illégalement

Les quatre pêcheurs avaient pêché 300 kilos de poulpe, près de 200 000 oursins et quatre tonnes et demi de poissons illégalement. Une pêche qu’ils revendaient ensuite à des restaurateurs. Selon la défense, les sommes réclamées par le parc sont disproportionnées.La justice rendra son verdict le 6 mars 2020.

Le JT
Les autres sujets du JT

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Quatre braconniers ont été trainés en justice par le parc national des Calanques. Les pêcheurs ont pêché illégalement dans des eaux protégées. La somme de 450 000 euros leur est réclamée pour le préjudice écologique.
Quatre braconniers ont été trainés en justice par le parc national des Calanques. Les pêcheurs ont pêché illégalement dans des eaux protégées. La somme de 450 000 euros leur est réclamée pour le préjudice écologique. (BORIS HORVAT / AFP)