Les enceintes de confinement des réacteurs de la centrale de Fukushima ne sont pas gravement endommagées

"Il n'y a pas de grands trous ou des rejets excessifs de ces enceintes. Mais nous voyons toujours des radiations", a expliqué l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA).Un tremblement de terre d'une magnitude initiale de 6,0 a frappé mercredi une partie du nord du Japon, non loin de la centrale sans faire de dégats, selon NHK.

Une fumée noire s\'échappe du réacteur 3 de la centrale japonaise de Fukushima (21 mars 2011)
Une fumée noire s'échappe du réacteur 3 de la centrale japonaise de Fukushima (21 mars 2011) (AFO / Tepco via Jiji Press)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Il n'y a pas de grands trous ou des rejets excessifs de ces enceintes. Mais nous voyons toujours des radiations", a expliqué l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA).

Un tremblement de terre d'une magnitude initiale de 6,0 a frappé mercredi une partie du nord du Japon, non loin de la centrale sans faire de dégats, selon NHK.

L'électricité a en partie été rétablie dans la salle de contrôle du réacteur 3 de la centrale nucléaire de Fukushima alors que de la fumée continue de s'échapper.

Des vapeurs blanches s'élèvent toujours de façon sporadique du réacteur 2 de la centrale de Fukushima.

Mardi matin, le personnel est revenu sur le site et a repris les réparations sur les réacteurs 1 à 4, touchés par des accidents et des fuites radioactives depuis le séisme et le tsunami du 11 mars.

Une grande partie des techniciens qui travaillaient sur ces quatre réacteurs avaient dû cesser leur travail lundi en fin d'après-midi, après l'apparition de fumée et de vapeur au-dessus des réacteurs 2 et 3. De nouveaux dégagements de vapeur ont été observés mardi matin, selon les médias, mais un responsable de Tepco a déclaré que la vapeur ne devrait pas compliquer les travaux en cours.

Aucune nouvelle du réacteur 1
Le principal souci "reste les piscines pour le combustible usagé pour chaque réacteur et en particulier le réacteur 4", a indiqué Graham Andrew, conseiller scientifique du directeur-général de l'AIEA, le Japonais Yukiya Amano.

"Nous n'avons pas reçu d'informations vérifiées depuis quelques temps sur l'intégrité du confinement du réacteur 1, nous sommes inquiets de ne pas connaître son état exact", a aussi évoqué M. Andrew.

Le refroidissement des réacteurs n'a pas redémarré
Le refroidissement des réacteurs à l'aide de canons à eau n'a en revanche pas redémarré mardi matin, a précisé Tokyo Electric Power (Tepco).

De la fumée grise inquiétante s'est échappée du 3e réacteur

Lundi, de la fumée grise s'était échappée pendant quelques heures du réacteur 3, qui inquiète le plus les autorités.

Ce réacteur a subi les plus lourds dégâts après le séisme et le tsunami, et le toit de son bâtiment supérieur a été détruit par une forte explosion la semaine dernière en raison d'une accumulation d'hydrogène consécutive à des opérations de dépressurisation.Il contient en outre du combustible MOX, mélange d'oxydes de plutonium et d'uranium issu de produits de recyclage, dont les rejets sont considérés comme plus nocifs que ceux provenant d'un combustible à base d'uranium.

Ligne électrique raccordée aux réacteurs, mais pas en fonctionnement
Les six réacteurs de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima (nord-est du Japon) disposent désormais d'une ligne électrique externe, après la pose d'un câble jusqu'au distributeur des unités 3 et 4.Le couple 3 et 4 a été relié dans la matinée de mardi, tandis que les couples 1-2 et 5-6 l'avaient été dans les jours précédents. Leurs équipements ne sont toutefois toujours pas alimentés, hormis pour les unités 5 et 6.

Des dizaines d'électriciens, de pompiers et d'ingénieurs sont engagés dans une course contre la montre à Fukushima pour éviter que la série d'accidents intervenus sur ce site ne prenne des proportions incontrôlables, en raison d'une surchauffe du combustible radioactif entreposé à l'intérieur.

Une partie des équipements de la centrale ont été saccagés par le séisme et le tsunami qui ont dévasté le nord-est du Japon le 11 mars.

Niveaux élevés de radioactivité en mer
Par ailleurs, des niveaux anormalement élevés de substances radioactives ont été détectés dans l'eau de mer près de la centrale de Fukushima, a annoncé Tepco dans la nuit de lundi à mardi.

Les taux d'iode 131 et de césium 134 étaient respectivement 126,7 fois et 24,8 fois plus élevés que les normes fixées par le gouvernement, et le taux de césium 137 était 16,5 fois plus élevé que la normale, a précisé un responsable de Tepco, Naoki Tsunoda, assurant que ces niveaux de radioactivité ne constituaient pas une menace pour la santé humaine.

La pluie qui s'est abattue lundi sur le Japon renforçait les craintes de retombées radioactives. Les 35 millions d'habitants de la région de Tokyo, notamment, craignaient que le vent du nord soufflant sur la centrale ne charrie des substances radioactives jusque dans la capitale, à 250 km au sud-ouest de Fukushima.