Cet article date de plus de douze ans.

Les déchets radioactifs des centrales nucléaires européennes devront être enterrés dans des endroits plus sûrs

Une directive des membres de l'Union européenne, adoptée le 19 juillet, en a décidé ainsi.Les 14 membres de l'Union européenne qui disposent de centrales nucléaires actives stockent actuellement leurs déchets dans des centres en surface ou dans des bunkers à faible profondeur.
Article rédigé par France2.fr avec agences
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Un convoi de déchets nucléaires (France 3 RA)

Une directive des membres de l'Union européenne, adoptée le 19 juillet, en a décidé ainsi.

Les 14 membres de l'Union européenne qui disposent de centrales nucléaires actives stockent actuellement leurs déchets dans des centres en surface ou dans des bunkers à faible profondeur.

Le commissaire européen à l'Energie et son équipe ont fait savoir qu'ils préféreraient que les futurs centres de stockage soient "des entrepôts situées à une grande profondeur, entre 100 et 700 mètres sous terre, dans des bunkers construits dans des blocs d'argile ou de granite". Et de conclure: "Pour l'instant, ce type de centres n'existe pas. Cela prendra au moins 40 ans pour en développer et en construire un".

Le programme détaillé que devront présenter les Etats membres, à propos du calendrier et des modalités de construction de ces centres, devra intégrer les normes de sécurité établies par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Pour se mettre en conformité avec la directive, les Etats membres devront soumettre avant 2015 un programme détaillé fixant le calendrier et les modalités de construction de ces centres spéciaux, qui devra être validé par le commissaire européen pour l'Energie."Il s'agit d'une avancée majeure pour la sûreté nucléaire dans l'Union européenne. Après des années d'inaction, l'Union prend pour la toute première fois des engagements concernant le stockage définitif des déchets nucléaires", s'est félicité Günther Öttinger.

Les craintes nées des grands incendies qui ont touché la Russie l'été dernier en menaçant des centres de stockage et l'accident de la centrale de Fukushima-Daiichi, en mars dernier au Japon, ont souligné le risque de stocker les déchets nucléaires en surface. Depuis, Günther Öttinger a fait de la sûreté nucléaire la priorité de son mandat à la Commission européenne.

La première étape de son plan a été de décider, en juin, de soumettre toutes les centrales nucléaires de l'Union européenne, ce qui représente 143 réacteurs à l'échelle du continent, à une série de "tests de résistance". Le second volet de sa stratégie était de faire accepter cette "directive relative à la gestion du combustible usé et des déchets radioactifs".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.