Cet article date de plus de neuf ans.

Le Premier ministre japonais a déclaré mardi que la situation à la centrale de Fukushima "se stabilise pas à pas"

"Le niveau de fuites radioactives est en train de baisser", a dit Naoto Kan.Interrogé sur l'apparente contradiction entre ses propos et la décision d'élever , il a répondu: "nous avons réévalué le niveau en nous basant sur des vérifications de l'étendue des émissions radioactives parfois élevées".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le premier ministre japonais, Naoto Kan, lors d'une conférence de presse, le 12 avril 2011. (AFP PHOTO / Yoshikazu TSUNO)

"Le niveau de fuites radioactives est en train de baisser", a dit Naoto Kan.

Interrogé sur l'apparente contradiction entre ses propos et la décision d'élever , il a répondu: "nous avons réévalué le niveau en nous basant sur des vérifications de l'étendue des émissions radioactives parfois élevées".

Naoto Kan a promis de "partager l'expérience du Japon avec le reste du monde pour éviter que de tels accidents se reproduisent". "Nous avons causé beaucoup de problèmes au monde et nous devons expliquer en détails notre expérience", a-t-il reconnu.

Excuses auprès des pêcheurs et agriculteurs
Le chef du gouvernement de centre-gauche, qui est au plus mal dans les sondages et dont la majorité vient de subir une sévère défaite à des élections locales, s'est excusé auprès des agriculteurs et pêcheurs touchés par les radiations. "Je présente mes plus profondes excuses pour l'arrêt de la commercialisation de leurs produits", a-t-il dit.

Plusieurs sortes de légumes, ainsi que le lait cru, originaires des préfectures proches de la centrale nucléaire, ont été frappés d'interdiction de vente, en raison d'un taux élevé de radioactivité. Le premier ministre japonais a souligné à ce sujet que "la santé des citoyens est le principe directeur des décisions du gouvernement".

"Reprendre une vie normale"
"Les gens de la région m'ont dit qu'ils allaient se redresser à mesure que le Japon retrouvera des forces. Il nous a été dit qu'il faudrait mettre fin à une trop grande retenue", a expliqué le chef du gouvernement, qui s'est rendu à deux reprises dans les zones sinistrées.

"J'ai une proposition: reprenons une vie normale, du mieux que nous pouvons, sans sombrer dans l'abstinence, tout en exprimant de la compassion pour les gens qui ont été affectés par le désastre", a-t-il insisté.

"Je pense que la consommation des produits provenant des régions touchées par la catastrophe naturelle est une façon de venir en aide. Profitons de ces produits, consommons-les et soutenons la région avec enthousiasme."

Le Premier ministre a fait un parallèle avec la reconstruction du Japon au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. A l'occasion de ce désastre, j'ai bon espoir que le même état d'esprit se développe pour reconstruire le pays", a-t-il dit.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.