Cet article date de plus de dix ans.

Des apiculteurs envahissent un site de Monsanto

Une centaine d'apiculteurs est entrée dans un centre de la compagnie américaine Monsanto à Monbéqui (Tarn-et-Garonne). Ils exigent l'interdiction rapide de la vente et de la culture du maïs génétiquement modifié.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Les apiculteurs sont entrés en deux étapes : se faisant d'abord passer pour des livreurs, puis ouvrant les grilles à plusieurs dizaines de collègues. Vêtus pour certains de tenues
blanches, un voile protégeant leur visage, ils ont apporté dans les locaux deux
ruches et des enfumoirs, avant d'appeler par téléphone des responsables du
ministère de l'Ecologie.

Ils dénoncent la décision du Conseil d'Etat à l'automne. Il a annulé la suspension de culture du
maïs OGM Monsanto. Son retour risque de rendre le miel
impropre à la consommation humaine. "Nous demandons un
arrêté interdisant la vente et la culture du Mon 810 et l'interdiction de tous
les OGM produisant du nectar ou du pollen"
, qui pourraient polluer
le miel, a déclaré un apiculteur de l'Hérault, Jean Sabench, porte-parole de la
Confédération paysanne à l'origine de l'action.

Le gouvernement avait suspendu la culture de ce maïs depuis février

  1. En novembre dernier, il a rappelé son "opposition" à sa culture sur le territoire français. La ministre de l'Ecologie Nathalie
    Kosciusko-Morizet a promis que la France déposerait une nouvelle clause de
    sauvegarde avant la prochaine saison de semis, au printemps. Mais les apiculteurs
    veulent une décision immédiate car le maïs pourrait être semé
    dès février, étant donné les conditions climatiques actuelles.

Joël Blanc, apiculteur en Aveyron, produit 14 tonnes de miel par an et craint la contamination par les OGM
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.